Comment les Talibans ont repris la moitié de l'Afghanistan?

 Au cours des 20 dernières années, le partage de l'Afghanistan a été la source de nombreux conflits. Visualisons cette répartition.

Il semble que les talibans aient été encouragés ces dernières semaines par le retrait des troupes américaines - reprenant de nombreux districts aux forces gouvernementales.

Des études du service afghan de la BBC montrent que les militants ont désormais une forte présence à travers le pays, y compris dans le nord et le nord-est et les provinces centrales comme Ghazni et Maidan Wardak. Ils se rapprochent également de grandes villes telles que Kunduz, Herat, Kandahar et Lashkar Gah.

Par contrôle, nous entendons les districts où le centre administratif, le siège de la police et toutes les autres institutions gouvernementales sont contrôlés par les talibans.

Les troupes américaines et leurs alliés de l'OTAN et de la région ont forcé les talibans à quitter le pouvoir en novembre 2001. Le groupe abritait Oussama Ben Laden et d'autres personnalités d'Al-Qaïda liées aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Mais malgré une présence internationale continue dans la région, des milliards de dollars de soutien et d'entraînement pour les forces gouvernementales afghanes, les talibans se sont regroupés et ont progressivement repris des forces dans des zones plus reculées.

Leurs principales zones d'influence se situaient autour de leurs bastions traditionnels dans le sud et le sud-ouest - les provinces du nord de Helmand, de Kandahar, d'Uruzgan et de Zabul. Mais aussi, dans les collines du sud de Faryab au nord-ouest et les montagnes du Badakhshan au nord-est.

Une étude de la BBC en 2017 a montré que les talibans contrôlaient totalement un certain nombre de districts. Mais ces informations ont également montré qu'ils étaient actifs dans de nombreuses autres régions du pays, lançant des attaques hebdomadaires ou mensuelles dans certaines régions, suggérant une force nettement plus élevée que les estimations précédentes.

Environ 15 millions de personnes - la moitié de la population - vivraient dans des zones contrôlées par les talibans ou où les talibans étaient ouvertement présents et organisaient régulièrement des attaques contre les forces gouvernementales.

Les talibans tiennent-ils le terrain ?

Bien qu'ils contrôlent désormais plus de territoire qu'ils n'en ont eu depuis 2001, la situation sur le terrain est fluide.

Le gouvernement a été contraint d'abandonner certains centres administratifs de district, où il n'a pas pu résister aux pressions des talibans. D'autres ont été pris de force.

Là où le gouvernement a pu réorganiser ses forces ou rassembler des milices locales, il a repris certaines zones qui avaient été perdues - ou les combats dans ces zones se poursuivent.

Bien que la plupart des troupes américaines soient parties en juin, une poignée reste à Kaboul et l'US Air Force a mené des frappes aériennes contre les positions des talibans au cours des derniers jours.

Les forces gouvernementales afghanes détiennent principalement les villes et les districts qui se trouvent dans les plaines ou dans les vallées fluviales - là où vit également la plupart de la population.

Les zones où les talibans sont les plus forts sont peu peuplées, avec moins de 50 personnes par kilomètre carré dans de nombreuses régions.

Le gouvernement affirme avoir envoyé des renforts dans toutes les grandes villes menacées par les talibans et a imposé un couvre-feu nocturne d'un mois dans presque tout le pays dans le but d'empêcher les talibans d'envahir les villes.

Bien qu'ils semblent se rapprocher de centres comme Herat et Kandahar, les talibans n'ont pas encore réussi à en capturer un. Les gains territoriaux qu'ils réalisent, cependant, renforcent leur position dans les négociations, et génèrent également des revenus sous forme d'impôts et de butin de guerre.

Un nombre record de civils ont été tués à la suite du conflit au premier semestre de cette année. L'ONU attribue la plupart des 1 600 morts civils aux talibans et à d'autres éléments antigouvernementaux.

Les combats ont également contraint de nombreuses personnes à fuir leurs maisons - environ 300 000 personnes ont été déplacées depuis le début de l'année. Le HCR affirme qu'une nouvelle vague de déplacements internes dans les provinces de Badakhshan, Kunduz, Balkh, Baghlan et Takhar survient alors que les talibans ont capturé de vastes étendues de territoire rural.

Certaines personnes fuient vers les villages ou les quartiers voisins et rentrent chez elles quelques jours plus tard, d'autres restent déplacées pendant un certain temps. L'agence de presse AFP rapporte que les offensives des talibans ont également contraint les réfugiés afghans et les troupes gouvernementales à traverser la frontière avec le Tadjikistan.

Les talibans contrôleraient également un certain nombre de postes frontaliers importants, dont Spin Boldak, une porte d'entrée majeure vers le Pakistan.

Les droits de douane sur les marchandises entrant dans le pays via les passages qu'ils contrôlent sont désormais perçus par les talibans - bien que les montants exacts ne soient pas clairs car le volume du commerce a diminué en raison des combats

Mais, Islam Qala à la frontière avec l'Iran était, par exemple, capable de générer plus de 20 millions de dollars par mois.

La perturbation des flux d'importations et d'exportations a affecté les prix des biens essentiels sur les marchés - le carburant et les denrées alimentaires en particulier.

Par Visual Journalism - BBC News


0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال