Japon : le parti au pouvoir invite des femmes silencieuses dans ses réunions

 Le Parti libéral-démocrate dans l'archipel a voulu faire reculer le sexisme, en invitant des femmes dans son comité de direction, rapporte « The Guardian ».

C'était vendredi dernier, le 12 février. Le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo, Yoshiro Mori, présentait sa démission après le tollé international provoqué par ses propos. Il avait déclaré que les femmes avaient des difficultés à parler de manière concise lors des réunions, ce qu'il trouvait « embêtant ». The Guardian rapporte que pour montrer que le parti au pouvoir au Japon, le Parti libéral-démocrate (PLD) ne cautionnait pas ce genre de propos et qu'il était pour l'égalité entre les sexes, son secrétaire général, Toshihiro Nikai, a déclaré cette semaine qu'il était venu le temps d'ouvrir aux femmes les réunions clés de la formation politique et de leur donner plus d'importance.

Faire des observations... écrites

Mais il semblerait qu'il s'agisse plus d'un effet de façade. Il a été proposé d'autoriser des groupes de cinq femmes à assister au comité de direction du parti, qui compte 12 membres dont 10 hommes. Toutefois, ces groupes de femmes ne seront pas autorisés à parler, elles devront rester des observatrices silencieuses. Une proposition aussitôt décriée par les députés de l'opposition notamment. Le chef du parti, âgé de 82 ans, a tenu à préciser que les observatrices pourront envoyer leurs observations au secrétariat du comité…

Avoir plus de femmes dans les instances du parti est notamment une revendication de Tomomi Inada, ministre de la Défense entre 2016 et 2017, rappelle le quotidien britannique. « Les femmes représentent la moitié de la population du Japon et 40 % des adhérents du PLD. Si les femmes n'ont pas une place pour discuter des politiques qu'elles ont envie de voir adopter, alors la démocratie japonaise ne peut être que biaisée », a-t-elle déclaré. Le gouvernement en place, dirigé par Yoshihide Suga, 72 ans, compte deux femmes sur une vingtaine de membres.

Freedom1 / LePoint.fr 

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال