De multiples attaques au couteau en France

 La population française a été secouée ces derniers jours et semaines par une série de terribles attaques au couteau, attribuées par les autorités à des extrémistes islamistes. Les responsables de ces actes odieux doivent être traduits en justice -de manière juste et équitable, sans montrer du doigt les musulmans.

Le 26 septembre, un attaquant, arrêté peu après, a blessé deux personnes avec un hachoir à Paris devant les anciens locaux du journal satirique Charlie Hebdo. Le 16 octobre, un homme a décapité un enseignant de collège qui avait utilisé dans un cours sur la liberté d’expression des caricatures controversées du journal ; la police a ensuite abattu l’assaillant. Le 30 octobre au matin, un homme a poignardé à mort trois personnes et en a blessé plusieurs autres dans l’église Notre-Dame de Nice ; un suspect est en garde à vue.

Ces dernières semaines, de très nombreuses personnes en deuil et sous le choc se sont rassemblées à travers toute la France pour rendre hommage aux victimes.

Tragiquement, la France a déjà été éprouvée par la violence extrémiste islamiste. En janvier 2015, des attentats meurtriers ont eu lieu à Paris dans les locaux de Charlie Hebdo et dans un supermarché cacher, et en novembre de la même année au Bataclan et au Stade de France. Le 14 juillet 2016, une attaque meurtrière a frappé Nice. Le procès des attentats de Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher est en cours pour rendre justice à celles et ceux qui, il y a plus de cinq ans, ont perdu leurs proches et amis.

C'est un moment de tristesse et de deuil. Il devrait s’ensuivre une réponse ne cédant pas aux excès, juste et respectueuse de l’Etat de droit.

Après l’attaque de Nice, le président Emmanuel Macron a appelé à l’unité : "Quelle que soit votre religion, croyant ou non, nous devons dans ces moments nous unir. Ne rien céder à l'esprit de division". Il est nécessaire que cela se traduise dans la réponse gouvernementale. Mais, ces dernières semaines, des ministres de premier plan ont amplifié leur offensive rhétorique et législative contre "le communautarisme" et "l'islamisme", une approche qui risque d'attiser davantage les tensions et les préjugés antimusulmans dans un pays où persistent les discriminations contre les minorités religieuses et ethniques, notamment lors de contrôles policiers "au faciès" et dans la mise en œuvre de lois anti-terroristes répressives.

Dans leur réponse à cette vague d'attaques, il est crucial que les autorités françaises s'engagent fermement en faveur de l'État de droit et des droits humains. Cela permettrait d’éviter que leurs actions ne stigmatisent des groupes entiers spécifiques. Cela permettrait aussi d’éviter colère et sentiment d’exclusion qui pourraient entraîner de nouvelles violences, notamment en réaction à des réponses excessivement larges aux tragiques événements de ces derniers jours et semaines. Chacun en France devrait être protégé et voir ses droits respectés.

Freedom1 / Human Rights Watch

Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال