Livres. « Nickel Boys » de Colson Whitehead, une histoire de racisme et d’impunité

 Récompensé par le prix Pulitzer, le nouveau roman de Colson Whitehead, « Nickel Boys », s’inspire de l’histoire vraie de garçons maltraités et abusés dans une maison de redressement en Floride.

Qu’est-il vraiment arrivé aux garçons de la Dozier School for Boys, en Floride ? Au terme d’une enquête, lancée peu après la fermeture définitive en 2011 de cette maison de redressement centenaire, une équipe d’anthropologues de l’université de Floride du Sud a découvert les restes de 55 enfants enterrés sur le site. Pourtant, le cimetière de l’établissement ne contient que 31 croix – elles-mêmes anonymes, vaguement attribuées à un incendie en 1914 ou à une épidémie de grippe.

Recueillis par des associations et des journalistes, les témoignages des anciens pensionnaires laissent imaginer le pire. Mauvais traitements, torture, viols… Les pires sévices ont été endurés par plusieurs générations de garçons.

Plume brute et sensible

S’il n’a jamais trouvé la force de se rendre sur le lieu des crimes, Colson Whitehead s’est imprégné de ces récits pour écrire Nickel Boys. Alors que la grande majorité des anciens élèves qui témoignent aujourd’hui sont blancs, l’écrivain africain-américain prête sa plume à la fois brute et sensible à leurs camarades noirs, « éduqués » à l’écart des autres jusqu’à la fin des années 1960, comme le dictait les lois Jim Crow.

En véritable « conteur de l’Amérique » – un titre décerné par le Time Magazine, dont il a fait la couverture en juin 2019 –, Colson Whitehead raconte la ségrégation dans cette école disciplinaire, rebaptisée Nickel Academy pour la fiction : « Ils l’avaient appris très jeunes, à l’école, dans les rues et sur les routes de leurs villes poussiéreuses. Nickel le leur avait bien fait entrer dans le crâne : vous êtes des Noirs dans un monde de Blancs. »

Par Julie GONNET - jeuneafrique.com

Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال