Cinéma. Michaël Youn: Une comédie est bien plus drôle en salle que chez soi. Vidéo


"Divorce club" raconte l'histoire d'un mec largué par sa femme et qui trouve refuge chez un ancien pote qui a transformé sa villa en lupanar pour divorcés VIP. Un premier rôle pour Arnaud Ducret, à son aise dans cette comédie décomplexée de Michaël Youn.
C'est l'histoire d'un mec (Arnaud Ducret) largué par sa femme qui lui préfère son patron (Benjamin Biolay). Effondré, humilié, il retrouve un vieux pote (François-Xavier Demaison) qui lui propose de venir vivre chez lui dans sa splendide villa, laquelle deviendra peu à peu un lupanar mixte pour divorcés VIP.
"A partir de ce scénario basique, très très simple, on a pu exploser les codes et aller jusqu'au bout de chaque situation, de chaque gag, de chaque personnage", explique à la RTS Michaël Youn, réalisateur de "Divorce club", son troisième film derrière la caméra. Entre marivaudage et grosse farce, le film a été récompensé par le Grand Prix et le Prix Globes de la Presse du Festival de l’Alpe d’Huez 2020.
Trois moments d'écriture
On sait combien la comédie est exigeante, en termes de rythme, de timing et de précision. "Au fond, il y a trois étapes d'écriture: celle du scénario, où tout doit être à sa place et maintenir le rire jusqu'à la résolution finale, souvent décevante; celle du tournage où les acteurs s'emparent du texte et le modifient; enfin celle du montage où il faut couper, sacrifier des scènes pour maximaliser tout ce qui a été tourné".
Pour celui qui a été révélé par l'émission de télévision "Morning Live", l'idée du divorce est arrivée comme une évidence, après avoir vécu lui-même une séparation. "J'ai constaté qu'on basculait vite dans le grotesque et le pathétique, avec des comportements complètement puérils comme d'aller espionner son ex ou la suivre sur les réseaux sociaux. Je voulais transformer un moment difficile en moment joyeux".
Un vrai acteur de comédie
Pour une fois, Michaël Youn ne s'est octroyé qu'un second rôle, celui de Titi, un lâche doublé d'un crétin. Le héros, ou plutôt l'anti-héros de cette comédie potache, régressive et burlesque, c'est Arnaud Ducret. "Il sait tout faire, émouvoir faire rire, danser, imiter. Il est très premier degré et c'est idéal car les personnages de comédie ne sont jamais aussi drôles que lorsqu'ils jouent à fond, sans recul, sans juger leur personnage".
"Divorce club" devait sortir en mars. Pour cause de coronavirus, le film n'est sur les écrans romands que depuis mercredi. "J'ai refusé de sortir sur une plateforme, j'aime la salle. Le but d'une comédie, c'est de donner des émotions à des gens qui ne se connaissent pas. Une comédie est toujours plus drôle à regarder en salle que chez soi".
Propos recueillis par Francesco Biamonte - RTSCulture
Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال