États-Unis. De nouvelles manifestations ont tourné à l’émeute à Minneapolis, les Etats-Unis sous le choc des violences policières


La mort, lundi à Minneapolis, de George Floyd, un Afro-Américain, aux mains de la police a déclenché des manifestations de protestation dans le pays, à Los Angeles comme à Chicago, Denver ou Memphis.
Les images sont tragiquement familières. La mort d’un Afro-Américain aux mains de la police ; les manifestations de colère qui tournent à l’émeute ; la mobilisation de la garde nationale. L’enchaînement des événements a pour théâtre cette fois-ci Minneapolis, dans le Minnesota. Tout part de l’interpellation musclée d’un Noir de 46 ans, le 25 mai. La scène, filmée par un témoin, est difficilement soutenable. George Floyd est jeté au sol et un policier s’agenouille sur son cou. « Je ne peux pas respirer », répète-t-il. Ni ses suppliques ni celles des personnes qui assistent à la scène ne sont entendues. Puis, le corps de George Floyd s’immobilise. Lorsque les secours interviennent, le policier, Derek Chauvin, est toujours juché sur lui.
La réaction de la municipalité a été rapide : les quatre policiers ont été licenciés sur-le-champ. Le policier incriminé avait fait l’objet de dix-huit plaintes liées à son comportement. L’absence de conséquences judiciaires immédiates a cependant alimenté la frustration de manifestants pendant deux nuits consécutives. Ces troubles ont poussé le gouverneur démocrate de l’Etat, Tim Walz, à demander, jeudi, le déploiement de la garde nationale. « La mort de Gorge Floyd doit apporter de la justice et des réformes de fond, pas plus de morts et de destruction », a-t-il imploré. Un commissariat a été incendié jeudi soir lors d’une troisième nuit d’affrontements. Les manifestations de protestation ont essaimé dans le pays, à Los Angeles comme à Chicago, Denver ou Memphis.
Cette routine sanglante est vérifiée par les chiffres. Le nombre de personnes tuées par la police aux Etats-Unis en 2019 s’est élevé à 1 004, selon la comptabilité du Washington Post, qui ne recense que les morts par armes à feu. Un chiffre supérieur à celui enregistré en 2018 (992) et qui concerne de manière disproportionnée les Afro-Américains. Le décès tragique de George Floyd fait d’ailleurs écho à celui d’un jeune Afro-Américain, Ahmaud Arbery, pourchassé par un ancien policier et son fils, alors qu’il faisait son jogging.
Par Gilles Paris - lemonde.fr
Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال