Plus de 50 millions de personnes déplacées dans le monde, triste record

Plus de 50 millions de personnes vivent en exil dans leur propre pays après avoir fui la guerre ou les catastrophes, une population particulièrement vulnérable aux risques liés à la pandémie de nouveau coronavirus, alerte mardi l'Observatoire des situations de déplacement interne.
Pas moins de 33,4 millions de personnes ont dû abandonner leur foyer en 2019 tout en restant dans leur pays, portant le nombre total de déplacés internes à 50,8 millions, un record, selon le rapport annuel de l'Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), établi à Genève, et du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). En un an, le nombre total de déplacés s'est étendu de plus de 9 millions.
Ce chiffre est très supérieur aux 26 millions de réfugiés hors des frontières de leurs pays.
Tweet du NRC: "Chaque seconde de l'an dernier, une personne a été forcée de fuir son foyer, à l'intérieur de son propre pays. Fin 2019, un chiffre record de 50,8 millions de personnes ont été déplacées dans leur propre pays par un conflit, la violence et les catastrophes naturelles":

Les déplacés "sont souvent des personnes très vulnérables vivant dans des camps surpeuplés, des abris d'urgence et des campements informels avec peu ou pas d'accès aux soins médicaux", a relevé la directrice de l'IDMC, Alexandra Bilak, dans un communiqué. "La pandémie mondiale de coronavirus les rend encore plus vulnérables" (lire encadré) en ce qu'elle "fragilise leurs conditions de vie déjà précaires en limitant davantage leur accès aux services essentiels et à l'aide humanitaire", a-t-elle ajouté.
Blog Freedom1/rts.ch/info
Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال