En Iran, les conservateurs en embuscade de législatives verrouillées

Les Iraniens sont appelés aux urnes vendredi pour des législatives dont l'issue pourrait affaiblir la coalition du président Hassan Rohani et marquer le retour en force des ultra-conservateurs. Ce qu'il faut savoir.
Pourquoi c'est un scrutin décisif
Les citoyens de plus de 18 ans sont appelés à élire leur Parlement, composé de 290 membres et renouvelé tous les quatre ans. Ils devront aussi combler sept sièges (sur 88) de l'Assemblée des experts, vacants depuis le décès de leur titulaire au cours des quatre dernières années.
Si le pouvoir du Parlement est limité, puisque bridé par le puissant Conseil des gardiens de la Constitution mis en place par l'ayatollah Khamenei, sa composition peut affaiblir la coalition des modérés du président Hassan Rohani, au pouvoir depuis 2013, et donner un signal fort, un an avant la présidentielle de 2021.
L'Assemblée des experts pourrait -quant à elle- avoir un rôle crucial ces prochaines années. Ses membres sont en effet chargés de nommer, superviser et éventuellement démettre le guide suprême, aujourd'hui âgé de 80 ans.
7296 candidatures bloquées
Le gouvernement iranien s'appuie généralement sur le taux de participation aux élections pour asseoir sa légitimité et entretenir un simulacre de démocratie. Simulacre, car le Conseil des gardiens de la Constitution, dominé par les ultra-conservateurs, est chargé de superviser les élections.
Composé de six religieux nommés par l'ayatollah Khamenei et de six avocats proposés par le pouvoir judiciaire et approuvés par le Parlement, le Conseil est chargé de valider ou d'invalider les candidatures selon une série de critères, comme celui de la loyauté à la République islamique. Pour ces législatives, 7296 candidats sur 14'444, majoritairement des réformateurs et des modérés, ont été invalidés. Une situation qui n'échappe pas aux Iraniens qui devraient être nombreux à bouder les urnes vendredi.
La menace de l'abstention
En effet, près de deux ans après l'annonce par Washington du rétablissement des sanctions économiques, l'espoir de bénéficier de retombées de l'accord nucléaire de 2015 négocié par l'administration du président Hassan Rohani s'est évaporé et l'Iran s'enfonce dans la récession. Résultat: les électeurs désabusés veulent boycotter les législatives pour exprimer leur manque de confiance envers les autorités et leur lassitude.
Or l'abstention favorise traditionnellement les ultra-conservateurs. Mis à l'écart à l'arrivée au pouvoir de Hassan Rohani en 2013, ceux-ci pourraient donc faire un retour en force et laisser éclater au grand jour les divisions au sein même des conservateurs.
Conséquences internationales
Au centre des divergences entre conservateurs et ultra-conservateurs se trouve l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, menacé d'implosion depuis que les Etats-Unis s'en sont retirés en 2018. Cet accord international conclu en 2015 sous l'impulsion de Hassan Rohani entre Téhéran et le groupe des 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), logiquement défendu par le pouvoir en place, est rejeté depuis le début par les ultra-conservateurs qui s'opposent à toute négociation avec l'Occident.
Un éventuel retour des ultra-conservateurs au Parlement leur permettrait de préparer la présidentielle de 2021. Il signerait probablement aussi - à terme - la fin de l'accord sur le nucléaire iranien et le rapprochement de l'Iran avec la Russie et la Chine.
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال