La poésie justicière d’Anna Akhmatova

Le Bruit du temps publie une version enrichie des conversations, de 1938 à 1966, entre l’écrivaine Lydia Tchoukovskaïa et la poétesse, unies par la volonté de résister et l’amour de la langue russe.
De quel genre relève cet immense texte des Entretiens avec Anna Akhmatova? Ce sont des notes prises par Lydia Tchoukovskaïa, le plus vite possible après ses rencontres avec la poétesse, sur un banc, dans le métro ou dans un couloir d’hôpital, puis ajoutées dans un journal intime et clandestin.
Lydia Tchoukovskaïa avait une mémoire phénoménale. Plus encore qu’Anna Akhmatova. Et c’est cette mémoire qui les a unies plus que tout le reste. Mais le reste était aussi capital: la première pleurait son mari, le physicien Mikhaïl Bronstein, arrêté, fusillé, dont la mort ne lui sera signifiée qu’après le Dégel, la seconde..
Lire la suite letemps.ch

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال