Musiques. Que raconte le rap aujourd’hui ?.. Vidéo

Keufs, meufs, seum : tiré de leur quotidien,  le discours des rappeurs est moins politique que celui de leurs aînés.
Cette année encore, le rap français et ses variantes pop vont pulvériser les records de vente d’albums et d’écoute en ligne, Aya Nakamura en tête suivie de PNL, Vald, Nekfeu, Niska, Koba LaD ou encore RK. Illustration sur scène de ce succès, l’AccorHotels Arena de Paris et ses 17 000 places accueillent depuis le 13 novembre une série de concerts rap qui affichent tous complets : Jul, Vald, Lomepal pour deux soirs consécutifs ainsi que NTM les 22 et 23 novembre. Jamais le spectre musical de cette expression n’a d’ailleurs été aussi varié. Des artistes venant d’univers différents, avec une conception du rap aux antipodes. Les plus jeunes écrivent des refrains avec à peine deux ou trois mots et se contentent de narrer leur quotidien. « Du lundi au lundi, du Gucci au Fendi, on a les llé-bi [billets] » chante ainsi Niska dans son dernier clip quand les anciens comme Solaar multipliaient les figures de style pour dresser l’état des lieux de la France où « La présence d’un passé, omniprésent n’est pas passée » (Obsolète, 1994).
Tout sépare le Marseillais Jul, 29 ans, qui s’apprête à sortir son douzième album, aux roucoulades « autotunées » (« Elle a le regard qui tue Tchikita, les cheveux longs de Nikita »), des rugissements des deux NTM (« Quelle chance d’habiter en France/Dommage que tant de gens fassent preuve d’incompétence »). 53 ans de moyenne d’âge mais seulement six albums en trente ans de carrière. En 1991, JoeyStarr et Kool Shen prophétisaient : « Le monde de demain nous appartient. » Les membres d’IAM, qui sortent le 22 novembre leur dixième album, Yasuke..
Par Stéphanie Binet - lemonde.fr
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال