Tunisie. #EnaZeda, le #metoo tunisien est né

Une affaire de harcèlement sexuel impliquant un député a déclenché un vaste mouvement de libération de la parole sur les réseaux sociaux du pays.
« #EnaZeda, le #metoo tunisien est enfin là », écrit, soulagée, sur Twitter, la blogueuse tunisienne Lina Ben Mhenni. Cette activiste est loin d’être seule à faire l’amer constat « qu’il n’y a pas une seule femme en Tunisie qui n’ait pas subi de harcèlement ». L’ombre du scrutin présidentiel n’aura pas longtemps dissimulé cette vague de libération de la parole : sur les réseaux sociaux, depuis quelques jours, les témoignages déferlent pour narrer mésaventures quotidiennes et traumatismes de lycéennes ou d’écolières.
Ces souvenirs remontent à la surface dans le sillage du scandale parti de Nabeul, à 70 kilomètres de Tunis, après qu’une bachelière de 19 ans a déclaré avoir été poursuivie par un homme en voiture, en train de se masturber. L’agresseur présumé, dont elle a publié des photos pantalon baissé jeudi 10 octobre, s’est avéré être Zouheir Makhlouf, un député du parti Qalb Tounès (« Au cœur de la Tunisie »), fondé par Nabil Karoui, le perdant du deuxième tour de l’élection présidentielle.
« Quand elle a compris que l’homme s’était dénudé, elle a décidé de prendre des photos en rafale tout en l’évitant du regard », explique Jihen Ben Cheikh, de l’association de défense des droits des femmes Aswat Nissa (« Voix des femmes »). « Elle était loin d’imaginer la tempête médiatique que ses photos allaient provoquer », poursuit la militante, affirmant que la lycéenne ignorait l’identité du député tout juste élu.
« Salope, impolie »
Or, les clichés ont fait la « une » des médias vendredi, dernier jour de la campagne électorale avant le vote de dimanche. Le parti a aussitôt annoncé l’ouverture d’une enquête interne, s’engageant à prendre « les mesures nécessaires, le cas échéant » contre Zouheir Makhlouf, un opposant au président déchu Ben Ali. L’accusé a démenti sur Facebook, expliquant être diabétique et avoir dû uriner « d’urgence ».
Le parquet s’est saisi de l’affaire et a ouvert une enquête. Zouheir Makhlouf est poursuivi pour harcèlement sexuel et outrage public à la pudeur, passibles de deux ans de prison et de 1 600 euros d’amende. Depuis 2017, une nouvelle loi contre les violences faites aux femmes, saluée en Tunisie et à l’étranger, a alourdi les condamnations pénales. Mais les associations féministes redoutent un manque de diligence dans le traitement de l’affaire. « Les autorités judiciaires veulent faire traîner ce dossier pour que l’élu prête serment et bénéficie de l’immunité parlementaire », parie Jihen Ben Cheikh.
Sur Twitter, le hashtag #EnaZeda (« Moi aussi » en arabe tunisien) est né. Les astuces pour éviter les harceleurs sont relatées, comme celle de Myriam qui pendant « des années a pris le métro en se mettant toujours devant une porte, à côté d’une dame, un sac sur le dos »« Malek L. », elle, se souvient d’un geste de revanche : « Un mec m’a suivie en voiture pendant dix minutes dans une rue déserte la nuit, alors j’ai lancé une serviette hygiénique usagée (#proud) dans sa voiture. Il est revenu pour me dire salope, impolie ».
Le tabou de la question sexuelle
En même temps, les Tunisiennes se confient sur la difficulté à témoigner du harcèlement subi au quotidien. Comment extérioriser alors que « le jargon et le langage accessible pour parler de ces traumatismes et mauvaises expériences manquent, » se demande Amal Haouatsur Twitter. Masturbation, pénis, etc. sont des termes « grossiers », souvent bannis du lexique familial. Elle se souvient de « sa frustration » en 2017, « en plein mouvement #metoo, de ne pas avoir de canal pour en parler entre Tunisiennes. La plupart des discussions se limitaient à Hollywood. #enazeda est aussi l’expression de la particularité de nos expériences de Tunisiennes ».
Pour la sociologue Monia Lachheb, le fait qu’une femme parle de harcèlement, ou plus généralement de sexualité, dérogerait à « l’image socialement valorisée » de la femme. « Le tabou porte sur la question sexuelle avec toutes ses catégories et non sur le rapport hommes/femmes », estime-t-elle. Elle interroge aussi le flou des textes légaux qui préconisent la « pudeur » et les « bonnes mœurs ». « Qu’est-ce que cela signifie exactement ? », interroge-t-elle, estimant que ces « termes imprécis » permettent aux juges, avocats et harceleurs de faire ce qu’ils veulent.

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال