Yémen. Une bombe de fabrication américaine utilisée dans une frappe aérienne meurtrière contre des civils

Une bombe à guidage de précision fabriquée aux États-Unis a été utilisée dans une frappe aérienne menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis le 28 juin dernier, et a frappé une habitation dans le gouvernorat de Taizz, au Yémen, tuant six civils, dont trois enfants, a déclaré Amnesty International le 26 septembre 2019.
Il est incompréhensible et inadmissible que les États-Unis continuent de convoyer des armes vers le conflit qui dévaste le Yémen.  
Rasha Mohamed, chercheuse sur le Yémen à Amnesty International
 Bombe fabriquée aux États-Unis utilisée dans une attaque aérienne mortelle contre des civils
« Il est incompréhensible et inadmissible que les États-Unis continuent de convoyer des armes vers le conflit qui dévaste le Yémen, a déclaré Rasha Mohamed, chercheuse sur le Yémen à Amnesty International.
« Malgré la flopée d’éléments prouvant que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a commis maintes fois de graves violations du droit international, notamment de possibles crimes de guerre, les États-Unis et d’autres pays exportateurs d’armes comme le Royaume-Uni et la France demeurent insensibles à la souffrance et au chaos que ces armes infligent à la population civile. »
Amnesty International s’est entretenue avec deux proches des victimes et deux habitants du secteur, dont deux témoins de l’attaque. Elle a aussi analysé des images satellite et des photos et des vidéos prises après l’attaque afin de corroborer les déclarations des témoins
Malgré la flopée d’éléments prouvant que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a commis maintes fois de graves violations du droit international, notamment de possibles crimes de guerre, les États-Unis et d’autres pays exportateurs d’armes comme le Royaume-Uni et la France demeurent insensibles à la souffrance et au chaos que ces armes infligent à la population civile. 
Rasha Mohamed, chercheuse sur le Yémen à Amnesty International
L’expert en armement de l’organisation a analysé les photos des débris de l’arme déterrés sur le site de la frappe par des membres de la famille et a pu, grâce à des données inscrites sur l’ailette de la bombe, déterminer avec certitude qu’il s’agissait d’une bombe GBU-12 Paveway II, pesant 225 kilos, fabriquée aux États-Unis.
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال