#Palestine. Levée de bouclier dans le monde arabe contre la conférence de #Bahreïn

La présentation du plan de l’administration Trump pour relancer le processus de paix au Proche-Orient, prévue mardi lors de la conférence de Bahreïn, suscite le rejet ou l’exaspération dans une grande partie du monde arabe.
Les slogans "Mort à Israël" et "Mort aux États-Unis" fusent tandis que des manifestants brûlent un drapeau israélien. La scène n’a pas lieu à Téhéran mais à Rabat, la capitale marocaine. Dimanche 23 juin, des milliers de manifestants rassemblés à proximité du Parlement dénoncent le "congrès de la honte" qui doit s’ouvrir mardi à Manama, la capitale de Bahreïn.
La colère des manifestants s’étend également à l'Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis, décrits comme des "régimes arabes traitres" et "des alliés du sionisme". Les deux pétromonarchies du Golfe sont accusées de soutenir l’initiative américaine, qui consiste à privilégier l’économie aux dépens du politique.

 Ce projet sera présenté officiellement par son concepteur, Jared Kushner, gendre et conseiller de Donald Trump, mardi à Manama. Ce plan, dont les grandes lignes ont déjà fuitées, propose d’investir 50 milliards de dollars sur dix ans pour stimuler l’économie des territoires et obtenir "la paix par la prospérité".
Jared Kushner n’a rien dit de ses intentions sur le volet politique, mais des responsables américains informés indiquent que le gendre de Donald Trump a renoncé à la solution à deux États, qui prévoit la création d’un État palestinien indépendant en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza.
Pour les opposants à ce projet, il ne s’agit que d’obtenir l’abandon des droits nationaux historiques des Palestiniens, tels que reconnus par l’ONU, en échange de grosses sommes d’argent.
Blog Freedom1/ agences
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال