#SCÈNES. #Oman, un #opéra ouvert sur le monde

L’Opéra royal de Mascate vient de programmer sa première production maison, « Lakmé », de Léo Delibes, mise en scène par Davide Livermore.
Il était une fois un monarque mélomane qui prétendait faire le bonheur de son peuple. Ainsi pourrait commencer l’histoire de l’Opéra royal de Mascate (Royal Opera House of Muscat, ROHM). Marbre blanc d’Italie, teck de Birmanie brun ou blond, cristal Swarovski encagé dans de grandes lanternes cuivrées venues de Turquie, rien n’est trop beau pour cet opéra des « Mille et Une Nuits » que le sultan Qabous Ben Saïd envisage de construire dès 2001.
Sur près de 8 hectares, dont 6 dévolus aux jardins, bassins d’eau, pelouses, cours et colonnades, un palais d’opéra de 25 000 mètres carrés sur huit étages (dont trois en sous-sol), mariant l’architecture traditionnelle des palais omanais aux technologies de pointe d’Occident. Sans oublier une galerie marchande, sept restaurants, dont trois gastronomiques. Mais aussi une bibliothèque musicale, un vaste espace d’exposition, et un nouvel auditorium de 540 places, le Royal Opera House of Musical Arts (ROHMA), qui permettra de programmer dès la saison prochaine opéra baroque, musique de chambre et musique classique arabe. La baisse du prix du baril de pétrole n’a visiblement pas freiné les ambitions d’un sultan féru de culture occidentale et de musique classique depuis ses études en Angleterre, luthiste et organiste à ses heures.
Par Marie-Aude Roux - lemonde.fr 
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال