Européennes, démocratie, écologie... Des #giletsjaunes lancent cinq "appels" aux Français

La deuxième édition de l'Assemblée des assemblées, qui a réuni des centaines de gilets jaunes ce week-end à Saint-Nazaire, a rendu ses conclusions.
Après Commercy (Meuse), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Quelque 700 gilets jaunes se sont rassemblés ce week-end à la Maison du peuple de Saint-Nazaire, pour la deuxième édition de l'assemblée des assemblées, une réunion qui regroupe plus de 200 délégations de gilets jaunes de toute la France, et dont la première édition avait eu lieu fin janvier.  
Sur place, les manifestants ont débattu des moyens de "renforcer le mouvement", alors que tous reconnaissent un essoufflement de la contestation inédite d'Emmanuel Macron, qui a connu samedi dernier sa plus faible mobilisation. À l'issue du rassemblement, cinq "appels" communs ont été publiés ce dimanche, et devront être approuvés par les groupes locaux, rapporte Le Monde 

"Annulation des peines" des manifestants condamnés

Le premier d'entre eux revendique "l'augmentation générale des salaires, des retraites et des minimas sociaux" ainsi que "des services publics pour toutes et tous" et dénonce "la mascarade du grand débat". Un second appel "pour la convergence écologique [...] prend acte de l'urgence environnementale, sociale et démocratique" et s'insurge de la "fausse écologie punitive" de la taxe carbone.  
Un troisième texte, sur les élection européennes, ne donne "aucune consigne de vote ou même de participation à ces élections". Il propose par ailleurs "d'organiser une campagne d'information et de sensibilisation contre les institutions européennes et leur politique libérale" et de "tourner en dérision cette mascarade électorale" par exemple en organisant un "carnaval" ou un "vote parallèle dans des cercueils jaunes". 
Un quatrième appel s'intéresse à "la répression policière et judiciaire" du mouvement et demande notamment "l'annulation des peines" des gilets jaunes condamnés. Il incite également à rejoindre l'appel à manifester contre la loi anticasseurs de 50 organisations, dont la Ligue des droits de l'homme, pour samedi 13 avril. Enfin, un dernier texte plaide pour la tenue, dans "chaque commune de France", "d'une ou plusieurs assemblées citoyennes et populaires", pour se "réappropri[er] le pouvoir politique". 



Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال