Bouteflika vante le bilan de ses 20 ans à la tête de l’Algérie

Le président Bouteflika a défendu, ce mercredi 31 octobre, le bilan de ses 20 ans à la tête de l’Algérie, à moins de six mois de l’élection présidentielle d’avril 2019. Dans un message à la Nation, à l’occasion de la fête du 1er novembre, le chef de l’État a énuméré ses réalisations à la tête d’un pays qui traversait une période difficile.
« Il y a presque 20 ans, vous m’avez honoré de votre confiance, ô combien précieuse, alors que notre pays traversait une conjoncture difficile et que l’environnement international nous avait banni et imposé un embargo non déclaré », écrit le chef de l’État qui affirme avoir « redress(é) la situation et enclench(é) une phase de reconstruction ».
Abdelaziz Bouteflika cite en premier lieu « la paix et la réconciliation nationale » qui ont permis « à l’Algérie de renouer avec la quiétude et la sécurité, étant des conditions sin qua non pour tout développement, construction ou progrès ».
« Les institutions et structures de l’Etat ont retrouvé leur activité dans le cadre de la pleine légitimité périodiquement exprimée à travers les urnes », poursuit le chef de l’Etat. « En Outre, nous nous sommes attelés à la réforme de l’appareil judiciaire et législatif pour l’instauration d’Etat de droit. Un processus sanctionné par une profonde révision de notre Constitution, une révision qui a conforté les droits du citoyen et de la femme en particulièrement, et consolidé les composantes de l’identité nationale, notamment le Tamazight, langue commune à tous les Algériens et Algériennes », affirme-t-il.
Durant ces 20 dernières années, « les capacités de l’Armée nationale » ont été fortifiées « par des moyens humains et matériels, qui en ont fait une armée professionnelle, au sens propre du terme, et un bouclier solide qui préserve la sécurité du pays, des citoyens et la souveraineté territoriale de l’Algérie », poursuit le chef de l’Etat.
Pour le président Bouteflika, l’Algérie a connu également un processus de développement intégré qui a touché la totalité du territoire national. « Un processus qu’aucun oublieux soit-il ne peut nier ou occulter », affirme-t-il. Avant d’énumérer les réalisations : un taux chômage qui a reculé de deux tiers, la richesse nationale a presque triplé en même temps, doublement des capacités en matière d’enseignement et de formation à la faveur de la construction de plus de 1.000 lycées, plus de 2.000 CEM et plus de 30 universités, 150 hôpitaux, plus de 4 millions de logements réalisés et un million d’autres en cours de réalisation, amélioration des salaires et des retraites, d’importants transferts sociaux qui dépassent les 20% du budget de l’Etat annuellement.
Le président Bouteflika défend également ses choix en matière économique qui ont, selon lui, permis de bien gérer la crise née en 2014 de la chute des prix du pétrole. « Si nous avons pu éviter ces tourments, c’est grâce à la décision que nous avions pris pour le paiement préalable de la dette extérieure et la constitution d’une importante épargne interne Ainsi, notre pays a recouru, souverainement et librement, à l’endettement intérieur ».
Par: 
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال