Musiques. Un hommage musical à Pannonica de Koenigswarter, protectrice des jazzmen

La baronne, née Rothschild en 1913 et grande amatrice de be-bop devant l’éternel, est le sujet d’un double album qui compile les thèmes qu’elle a inspirés aux musiciens.
Elle s’appelait Kathleen ­Annie Pannonica de ­Koenigswarter. Un peu long pour un titre de composition, alors pour l’évoquer par la musique, les musiciens de jazz ont utilisé son diminutif, « Nica », ou son prénom Pannonica, voire joué avec (Tonica, Inca…). Ces musiciens, ce sont le saxophoniste Gigi Gryce, le trompettiste Kenny Dorham, plusieurs pianistes, dont Horace Silver, Thelonious Monk (il signe Pannonica et Ba-Lue Bolivar ­Ba-Lues-Are, pour le Bolivar ­Hotel, sur Central Park Ouest, où elle habita un temps).
Tous sont réunis dans un ­double album, Pannonica, A Tribute to Pannonica,présenté dans un petit livre au format à l’italienne. Une compilation de ­quatorze thèmes – une édition en 1 CD n’en présente que dix – déjà ­publiés dans les disques originaux des uns et des autres, à diverses périodes, de 1955 à 1982. Réunis ici, du solo au sextette, en l’honneur de celle qui fut pro­tectrice des jazzmen des années 1950 à sa mort, en 1988, à l’âge de 74 ans. En reproduction, sur beau papier épais, des photo­graphies de musiciens prises par la dame. Des instantanés, ­moments ­fugaces du quotidien, de concerts, de répétitions.
Elle était née à Londres, en 1913, fille de l’un des membres de la ­dynastie Rothschild, éduquée pour tenir son rang familial puis son rôle d’épouse, en 1935, du ­diplomate français et baron Jules de Koenigswarter, futur héros de la seconde guerre mondiale, au sein des Forces françaises libres (FFL). Dans le texte du livret, signé Yann Portail, l’on apprend qu’elle avait aussi rejoint les FFL, dès ­décembre 1940. En 1951, le couple se sépare ; il divorcera cinq ans plus tard. Pannonica de Koenigswarter part vivre à New York. Elle loue une suite au Stanhope Apartment Hotel, sur la Ve Avenue. Elle adore le jazz, passe ses soirées dans les clubs, aide les musiciens dans la mouise, les reçoit chez elle, les encourage, comprend leurs recherches artistiques.
Par 
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال