Livres. Game of Thrones : le sens politique de « Winter is coming » révélé

Dans une interview au New York Times, l'écrivain George R. R. Martin explique la signification de la célèbre phrase qui revient en boucle dans ses livres.

« Winter is coming » (« L'hiver vient » en français) est certainement l'une des phrases les plus iconiques tirées de Game of Thrones. Mais derrière cette formule célèbre, qui symbolise l'arrivée des terribles Marcheurs blancs sur le territoire de Westeros et qui est scandée sans cesse par les adeptes des livres et de la série de HBO, se cache un message politique fondamental, une métaphore de la menace grandissante du réchauffement climatique. Évoquée plusieurs fois par des fans, cette explication a été confirmée par l'auteur George R. R. Martin qui, dans une interview accordée au New York Times Style Magazine , a dressé un parallèle entre notre société actuelle et son univers médiévalo-fantastique.
« C'est assez ironique, car j'ai commencé à écrire Game of Thrones en 1991, bien avant que tout le monde ne parle du réchauffement climatique. Mais il y a bien – d'une certaine manière – un parallèle. Les gens de Westeros mènent leurs propres batailles pour le pouvoir, le statut et la richesse. Et ces combats détournent tellement leur attention qu'ils finissent par ignorer la menace de “l'hiver vient”, qui a le potentiel de tous les détruire ainsi que leur monde », explique Martin, en faisant la comparaison par la suite avec notre société. « On se bat pour des choses importantes, comme la politique internationale ou intérieure, les droits civiques, la responsabilité et la justice sociale. Mais tandis que nous nous déchirons entre nous en dépensant beaucoup d'énergie, il y a cette menace du réchauffement climatique qui est prouvée par 99,9 % de membres de la communauté scientifique, et qui a le potentiel de détruire notre monde. » Pour le célèbre écrivain, les problématiques liées au réchauffement climatique devraient être la priorité n° 1 des politiques, et être au cœur du débat public. « On dépense dix fois plus d'énergie à débattre dans les médias pour savoir si les joueurs de football américain doivent chanter ou non l'hymne national plutôt que de parler de cette menace. »
J'ai toujours dit que Trump me faisait penser à Joffrey Baratheon.

Joffrey Baratheon est interprété par Jack Gleeson dans la série Game of Thrones.
© HBO
Dans une autre partie de l'entretien au New York Times , George R. R. Martin compare également le personnage de Joffrey Baratheon, roi exécrable et psychopathe des Sept Royaumes, à l'actuel président des États-Unis Donald Trump. « Même pendant sa campagne, j'ai toujours dit que Trump me faisait penser à Joffrey. Ils ont le même niveau de maturité émotionnelle », déclare le célèbre écrivain de 70 ans. « Joffrey aime rappeler à tout le monde qu'il est le roi, et il pense que ça lui donne le droit de tout faire. Nous ne sommes pas dans une monarchie absolue comme Westeros, mais dans une République constitutionnelle. Et pourtant, Trump ne semble pas savoir ce que cela veut dire, et il pense que son mandat présidentiel lui donne le pouvoir de faire ce qu'il veut. » Quand on lui demande ce que les politiques actuels pourraient apprendre de Westeros, le « Tolkien américain » répond qu'« il faut garder à l'esprit, comme pour les rois, de servir le peuple et de laisser le pays dans un meilleur état que celui dans lequel on l'a trouvé ».
De leur côté, les fans attendent toujours impatiemment l'arrivée dans les librairies du prochain tome du Trône de FerThe Winds of Winter (Les Vents de l'hiver en français), dont l'écriture patine depuis des années. L'écrivain a récemment publié un ouvrage fictionnel historique sur la dynastie des Targaryens, et a confié que le sixième livre de la série n'arrivera pas avant 2019.
Le moyen le plus sûr de connaître la suite des aventures de Sansa, Arya, Daenerys et Jon Snow est donc encore de regarder la série de HBO. Faute de nouveaux livres sur lesquels s'appuyer, les créateurs de Game of Thrones, David Benioff et D. B. Weiss, ont décidé, à partir de la saison 6, de s'émanciper des romans en reprenant seulement quelques éléments issus des volumes à paraître, The Winds of Winter et A Dream of Spring. La série offrira ainsi, dans sa huitième et ultime saison prévue pour le premier semestre de 2019, sa propre version de la conclusion de la saga épique de Westeros. Martin a par ailleurs assuré que la fin proposée par le programme de HBO sera différente de celle de ses ouvrages. Une chose est sûre : l'hiver va venir et il va faire des dégâts.
PAR BASTIEN HAUGUEL/lepoint.fr
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال