La faim dans le monde progresse encore, selon un rapport de l'ONU

La faim a progressé dans le monde en 2017 pour la troisième année consécutive, selon cinq agences de l'ONU, qui mettent principalement en cause la "variabilité du climat".
En 2017, 821 millions de personnes dans le monde étaient en situation de manque chronique de nourriture, contre 804 millions en 2016, estime le rapport annuel sur "L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde", publié mardi.
"La situation s'aggrave en Amérique du Sud et dans la plupart des régions d'Afrique, et le recul de la sous-alimentation qui caractérisait l'Asie (...) semble considérablement ralentir", note le rapport. Le nombre de personnes souffrant de la faim retrouve ainsi son niveau "d'il y a dix ans".
A l'opposé, 672 millions d'adultes (13%) sont obèses, notamment en Amérique du Nord, contre 600 millions en 2014.
Changements climatiques en cause
"La variabilité du climat et les extrêmes climatiques sont des facteurs essentiels de la récente recrudescence de la faim dans le monde", prévient le texte.
En effet, les catastrophes naturelles liées au climat se sont multipliées, notamment des saisons décalées ou d'autres phénomènes qui menacent la production constante d'aliments de qualité.
L'Afrique est toujours la plus concernée
L'Afrique est le continent le plus concerné par la sous-alimentation et le manque chronique de nourriture, avec près de 21% de sa population totale touchés. 
En Amérique du Nord et en Europe, la proportion est de moins de 2,5%, mais deux pays se démarquent: l'Albanie (5,5%) et la Serbie (5,6%). 
L'an dernier, la FAO avait souligné "l'intensification des conflits et la sécheresse persistante" comme d'importants facteurs expliquant une hausse des personnes touchées par l'insécurité alimentaire.
Blog Freedom1/agences

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال