Amnesty documente une "brutalité ahurissante" au Soudan du Sud

L'armée sud-soudanaise et ses milices alliées se sont livrées à de nouvelles atrocités d'une "brutalité ahurissante" contre des civils lors d'une offensive menée d'avril à juillet dans le nord du pays, selon Amnesty International.
Dans ce document publié mercredi et intitulé "Tout ce qui respirait était tué: des crimes de guerre à Leer et Mayendit", l'ONG compile les témoignages de quelque 100 survivants.
Ils rapportent notamment l'usage de véhicules amphibies pour poursuivre les civils fuyant dans les marais et des tirs à l'aveugle dans les hautes herbes. Ils assurent que les soldats, de l'ethnie dinka, celle du président Salva Kiir, rassemblaient des civils dans des habitations pour y mettre le feu.
Nombreux viols
"De nombreuses femmes ont été violées", ajoute Amnesty, citant des témoins racontant des viols en réunion de jeunes filles de 8, 13 et 15 ans. Captives pendant parfois plusieurs semaines, "celles qui essayaient de résister étaient tuées".
L'offensive contre cette zone tenue par les rebelles a débuté fin avril et duré jusque début juillet, une semaine après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu ayant précédé la signature, le 12 septembre, du dernier accord de paix en date.
Blog Freedom1/AFP

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال