L'Europe inquiète pour l'Italie en passe d'être dirigée par des eurosceptiques

L'inquiétude montait mardi en Europe et sur les marchés face à l'évolution politique de l'Italie, pays fondateur de l'UE et de l'euro, en passe d'être dirigé par un gouvernement populiste et eurosceptique.

Les avertissements de dirigeants européens se multiplient à l'attention de la coalition anti-européenne qui semble se mettre en place à Rome. D'autant plus que cette dernière ne cache pas ses intentions de pratiquer une politique de relance en laissant déraper le déficit public et la dette, au risque de provoquer une crise de l'euro.
Le président italien Sergio Matarella a demandé mardi de nouvelles consultations avant de décider s'il accepte de nommer Guiseppe Conte, proposé pour diriger le gouvernement. Son refus imposerait de nouvelles élections.
Les craintes européennes agacent les chefs des deux forces de la coalition italienne. "Laissez-nous commencer d'abord, ensuite vous pourrez nous critiquer, vous en aurez tous les droits, mais laissez-nous commencer", a déclaré Luigi Di Maio, le chef de file du Mouvement 5 étoiles.
Commissaires préoccupés
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est refusé à tout commentaire dans l'attente de sa décision. Mais plusieurs membres de la commission ont dit leur préoccupation. "Il y a quelque chose d'inquiétant, oui", a ainsi déclaré la Commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström, avant une réunion ministérielle à Bruxelles.
Dans un entretien accordé au Handelsblatt, le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis a aussi lancé une mise en garde très explicite. "La Commission européenne ne se mêle pas par principe de la politique nationale. Mais pour nous, il est important que le nouveau gouvernement italien maintienne le cap et mène une politique budgétaire responsable", a déclaré le commissaire letton, chargé de l'euro au sein de l'exécutif européen.
ats/pym

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال