Cinéma: Dunkerque, chef d'oeuvre radical

Christopher Nolan réinvente le film de guerre avec Dunkerque, un des temps majeurs de cet été 2017.

Rappel des faits. 21 mai 1940. Les armées alliées sont balayées du continent européen par la puissance de feu allemande. La retraite jusqu'au nord de la France est une humiliation magistrale. 400000 soldats britanniques, français, canadiens et belges sont pris en étau par la Wehrmacht, face à la Manche. 
 Il ne reste plus qu'à attendre une opération de sauvetage venue des côtes anglaises... Mais jusqu'ici, aucun signe des vaisseaux de la Royal Navy. Au loin, on entend déjà les avions allemands Messerschmitt bourdonner. Inexorablement, ils grossissent dans le ciel et se dirigent vers la plage.  

Le spectateur sur le champ de bataille

Sans un miracle, 400000 hommes vont se faire massacrer. Bienvenue à Dunkerque. Cette bataille, surnommée "l'opération Dynamo", marque un tournant dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale.   
Prenons le pari que le nouveau film de Christopher Nolan, adapté de cet événement historique, marque lui aussi un tournant dans la conception des films de guerre. Jamais, jusqu'ici, le spectateur ne s'est retrouvé ainsi catapulté sur un champ de bataille, au plus près du point de vue des soldats. En ce sens, Dunkerque se vit comme l'expérience des montagnes russes: l'appréhension fait place aux vertiges et aux sensations fortes... Jusqu'au soulagement final et l'émotion ressentie à l'apparition de la société civile anglaise venue délivrer ses soldats sur des petits bateaux de pêche et de plaisance. Les impressions sont brutes et d'une puissance inouïe.  
Des images sidérantes, un suspense dément
Et le cinéma dans tout ça? Il y a ces images, sublimes, tournées presque exclusivement avec des caméras IMAX qui sidèrent par leur précision et leur beauté photographique (mention spéciale aux scènes aériennes). 
Les comédiens Kenneth Branagh, Tom Hardy, Cillian Murphy, Mark Rylance et le nouveau venu, Fionn Whitehead, qui brillent par la sobriété de leur jeu et leur engagement physique. Mais c'est avec le son que Dunkerque innove le plus. La musique tribale et minimaliste signée Hans Zimmer, ponctuée par le vrombissement des moteurs, crée un suspense dément.  
Seul regret: pas une goutte de sang n'apparaît à l'écran... C'est dommage. Qu'importe, le chef-d'oeuvre est là et s'impose comme l'un des temps majeurs de cet été 2017. 
Au plus près du jeu
Lors du tournage des scènes d'action, Christopher Nolan n'hésite pas à mouiller la chemise. Afin de mettre Cillian Murphy en condition, le réalisateur britannique a plongé dans l'eau, pour éclabousser son comédien en pleine figure, tout en tenant la caméra. Ambiance!  
Par Igor Hansen-Love/lexpress.fr
Dunkerque, de Christopher Nolan, avec Tom Hardy, Mark Rylance, Kenneth Branagh... 1h47. 

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال