Entarté à Belgrade, BHL dénonce une agression. Vidéo

Bernard-Henri Lévy a reçu une tarte à la crème sur la tête alors qu'il présentait un film. Un geste revendiqué par un groupuscule communiste.

Des décennies que cela dure. Bernard-Henri Lévy a été à nouveau la cible d'un "attentat pâtissier". Son dernier entartage a eu lieu mercredi à Belgrade, en Serbie, dans une salle où il présentait son film documentaire Peshmerga, à l'occasion d'un festival de documentaires. 
Selon l'agence Tanjug, des militants d'un groupuscule communiste serbe, appelé SKOJ, entendaient reprocher à BHL ses prises de positions pendant les conflits en ex-Yougoslavie dans les années 1990. L'essayiste avait alors vigoureusement dénoncé le siège de Sarajevo par les forces serbes et avait été une voix importante en Occident contre le régime de l'homme fort de Belgrade, Slobodan Milosevic.
Vive la démocratie à Belgrade
Au moment où, chemise ouverte, il prenait la parole mercredi devant le public du festival Beldoks, un jeune homme est passé devant lui en courant et lui a jeté un gâteau à la figure. Deux autres, se revendiquant de SKOJ, ont crié: "Assassin, va-t'en de Belgrade!", selon l'agence Tanjug. 
"Cet homme s'est employé à faire bombarder la Yougoslavie, huit ans avant les frappes de l'Otan" contre la Serbie en 1999, ont-ils déclaré au public. Bernard-Henri Lévy a frappé un des militants avec sa veste et a lancé en français: "Vive la démocratie à Belgrade". Les militants de SKOJ ont ensuite été évacués par le service de sécurité de la salle. 
Ce que les démocrates de ce pays subissent au quotidien
Le médiatique philosophe a réagi jeudi, qualifiant l'incident "d'agression", " à l'image" de ce que "les démocrates de ce pays subissent au quotidien".  
"Pressions, injures, intimidations, propagande et médias au service du pouvoir - jusqu'aux groupuscules qui, comme celui d'hier (mercredi), sont tolérés, voire manipulés, par les autorités", a-t-il dénoncé. 
De nombreux Serbes continuent de reprocher à BHL son soutien aux musulmans de Bosnie pendant le conflit dans cette ex-république yougoslave qui avait fait plus de 100 000 morts entre 1992 et 1995. 

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال