Blocages, grèves: la grogne sociale gagne en intensité en France

Face à un gouvernement inflexible, les opposants à la réforme du droit du travail en France étaient deux fois plus nombreux dans la rue jeudi que lors de leur dernière journée d'action, dans un climat toujours volatil.
Les organisateurs ont dénombré 400'000 manifestants dans l'ensemble du pays et les autorités 128'000, contre respectivement 220'000 et 68'000 mardi.  "Et le Premier ministre ose parler d'essoufflement!", a raillé le syndicat dans un communiqué, après cette septième journée de mobilisation depuis début mars.
Le chef du gouvernement Manuel Valls avait mis la pression sur les syndicats, appelés à "s'interroger sur la pertinence" de certaines manifestations et s'était dit prêt à faire lever par la force les blocages de ports, raffineries et aéroports.
115 interpellations jeudi
Jeudi, le climat était "plus serein" à Paris, selon la police, qui a noté "peu de heurts et un degré moindre de violence" malgré quelques jets de projectiles et la dégradation d'agences bancaires.
Au niveau national, les forces de l'ordre ont toutefois procédé à 115 interpellations, dont 65 à Nantes et une vingtaine à Rennes, deux villes de l'ouest à la pointe de la contestation. A Nantes, 800 personnes ont pris part à une manifestation interdite et les forces de l'ordre ont usé de grenades lacrymogènes pour les empêcher de rallier le centre-ville.
Loi passée en force
La veille, les violences avaient franchi un cap avec l'attaque d'une voiture de police dans laquelle se trouvaient deux agents, sortis à la hâte du véhicule incendié par des casseurs. Cinq suspects étaient en garde à vue dans la capitale jeudi.
Malgré la mobilisation dans la rue et la fronde d'une partie de son camp, le président François Hollande a exclu mardi de renoncer à sa réforme du droit du travail, passée en force la semaine dernière au Parlement, faute de majorité.
Blocages de points stratégiques
Zones industrielles, raffineries et dépôts pétroliers: des blocages de points stratégiques étaient recensés jeudi près de Marseille, près de Valenciennes et dans le quart nord-ouest de la France, où un cinquième des stations-service Total étaient en rupture de carburants, selon le groupe pétrolier.
Le trafic ferroviaire était fortement perturbé au niveau national, au deuxième jour de grève de cheminots. Un appel à la grève des aiguilleurs du ciel affectait plus légèrement le trafic aérien.
ats/mre/RTSINFO
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال