Belgique : Après son dérapage islamophobe, Jan Jambon défend les musulmans

Alors que le ministre belge de l’Intérieur suscitait la polémique la semaine dernière suite à son dérapage islamophobe, c’est un tout autre Jan Jambon qui s’est exprimé hier au Parlement européen. Convoqué avec le ministre belge de la Justice par rapport à la gestion des attentats du 22 mars dernier, il a remis à sa place une eurodéputée qui s’attaquait aux musulmans.
Est-ce le même Jan Jambon qui s’est exprimé au Parlement européen hier, et qui avait soulevé la controverse la semaine dernière au sujet des musulmans de Belgique ? En compagnie du ministre belge de la Justice, le ministre de l’intérieur, Jan Jambon, devait répondre devant la commission des Libertés civiles (LIBE) du Parlement européen de la gestion des attentats survenus à Bruxelles le 22 mars dernier.
« Faire des musulmans nos ennemis, la pire chose »
Et s’il y a une chose que les parlementaires européens n’oublieront pas, c’est certainement la réponse du ministre belge de l'Intérieur à Vicky Maeijer, une eurodéputée d’extrême-droite néerlandaise, membre du parti de Geert Wilders (PVV). « Comment ils [les ministres belges, ndlr] peuvent assurer la sécurité de leurs citoyens sans reconnaître que l’islam est la racine du terrorisme » ?, a-t-elle demandé, rapporte RTL.
Et Jan Jambon de répondre : « Madame, il y a 600.000 musulmans en Belgique, et la grande majorité partage nos valeurs. Faire d’eux nos ennemis est la pire des choses à faire. Si vous cherchez l’insécurité, c’est la voie à suivre. Ces musulmans, il faut en faire nos concitoyens! », a-t-il déclaré, sous les acclamations de l’assistance. Et ce mardi, le ministre fait la une des journaux belges. Pourtant ces déclarations sont en totale contradictions avec sa sortie médiatique du 16 avril dernier.
Dans une interview accordée au quotidien flamand Standard, Jambon avait déclaré qu’une « une partie significative de la communauté musulmane a dansé à l’occasion des attentats » et qu’ « ils ont jeté des pierres et des bouteilles en direction de la police et de la presse au moment de l'arrestation de Salah Abdeslam ». Ces accusations sans fondement l’avaient placé sous les feux des critiques de tout bord, dans un moment où la Belgique était encore en pleine reconstruction de son unité nationale. Une plainte pour incitation à la haine a même été déposée contre lui. 
Une communication maitrisée ?
Sa surprenante intervention d’hier ne laisse donc pas indifférent. Dans les rangs du parti socialiste, on en appelle à la cohérence dans le discours du ministre de l'Intérieur.
Sur la Toile, les internautes analysent. « La communication du ministre de l’intérieur est parfaitement maitrisée. Un jour il bat le fer à chaud et drague les militants du Vlaams Belang par des propos haineux et stupides, l’autre jour il le plonge dans l’eau pour le faire refroidir en faisant un discours faussement bienveillant devant l’UE », commente A.D.O, estimant que le ministre de l'Intérieur met en œuvre une tactique de son parti, NVA, pour toucher différent types d’électeurs et « rester à tout prix au pouvoir ». Mais sur Facebook, la mobilisation pour la démission du ministre se poursuit.
Freedom1/yabiladi
Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال