Maroc - Les femmes d’Afrique à l'honneur à Essaouira

Comme chaque année, en marge du Festival Gnaoua et Musiques du Monde, le forum du festival se penche sur une thématique d’actualité pour ouvrir débats et échanges entre divers acteurs  Cette année, l’édition du forum est dédiée aux femmes d’Afrique.
Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde n’est pas que ces fabuleux concerts. Depuis plus d’une décennie, le forum du festival s’attache à la portée intellectuelle de l’événement. Ayant l’Afrique et son avenir au centre de ses préoccupations, le forum poursuit la réflexion autour de l’africanité. 
«Ce festival pionnier est le prolongement naturel, culturel et musical de la nouvelle doctrine diplomatique et culturelle et économique du Maroc dans son continent», explique Neila Tazi, directrice et productrice du festival.Cette année, le forum a choisi d’axer les débats sur les «Femmes d’Afrique : créer, entreprendre». Un pont essentiel fait entre la création artistique et l’entrepreneuriat comme levier d’émancipation de la femme et de développement du continent. Révolus sont les temps où la femme restait confinée à l’anonymat, malgré tous ses efforts et sa collaboration colossale, quand elle n’est pas exclusive, au fonctionnement de la famille et de la communauté. C’est bien dans cet esprit-là que le forum compte défricher davantage de potentialités féminines en s’évertuant à générer réflexions et recommandations pour un meilleur avenir. 
Les débats ont lieu en présence de professeurs, d’anthropologues, de sociologues, de chefs d’entreprises, de militantes et d’artistes pour partager leurs expériences. A cet effet, l’historienne tunisienne et grande figure du féminisme, Sophie Bessis, ouvre la conférence inaugurale qui donne lieu à deux tables rondes. Celle de «La famille en révolution» réunit la professeure Fatima Sediqi, dont les études sur le genre font la fierté de l’Université de Fès, l’anthropologue Mariem Baba Ahmed et Esther Madudu, sage-femme et rien que candidate au prix Nobel de la paix 2015 !Concernant «La nouvelle visibilité professionnelle des femmes», Miriem Bensaleh Chaqroun, en tant que présidente de la CGEM, débat avec Ouidad Bouchamaoui, présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, de Rajaâ Cherkaoui El Moursli, la professeure à l’Université MohammedV, récemment détentrice du prix L’Oréal/Unesco «for women in science» et Oumou Sangaré chanteuse, militante, entrepreneuse et donc bien visible! Dans «Femmes et création», retrouvez la créatrice Aissa Dione, Awa Mité, créatrice et directrice du festival Daoulaba, la plasticienne Najia Mehadji, la journaliste Ghania Mouffok et l’écrivaine Léonora Miano.
 Le débat s’articule autour de la création féminine dans le continent africain, avec des témoignages sur les succès et les difficultés multiples rencontrées.Enfin, «Femmes et politique» accueille notre ministre déléguée des affaires étrangères et de la coopération, Mbarka Bouaida. À ses côtés, Irabiha Abdel Wedoud, présidente de la Commission nationale des droits de l’homme, Souhayr Belhassan, présidente d’honneur de la Fédération internationale de la Ligue des droits de l’homme, Amal El Amri, Secrétaire générale adjointe de l’Union marocaine du travail et la brave Amina Slaoui, présidente de l’Amicale des handicapés.Pour rappel, le forum du Festival gnaoua et Musiques du Monde a été initié en 2012 en partenariat avec le CNDH, afin de créer cet espace d’échange et de débat qui complète la manifestation artistique par un travail de réflexion profonde sur des sujets d’utilité culturelle, économique et sociale.
Freedom1/La Vie éco

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال