Pourquoi Sepp Blatter est intouchable

Le Valaisan brigue un cinquième mandat à la présidence de la FIFA. Il a construit un système qui lui procure une victoire quasi assurée.
Candidat à sa propre succession, le Valaisan briguera un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.
Son cinquième mandat, celui de trop? Que nenni. Il a encore du travail. Des adversaires? Qu’ils viennent! Sepp Blatter est sûr de son coup. Il ne peut pas perdre. Et tous les vieux loups du football le disent, à condition de rester à anonymes. 
«Sepp va gagner, simplement parce que c’est lui qui a construit la FIFA actuelle. Cela lui confère un grand pouvoir», explique ce compagnon qui l’a connu dès ses premiers pas à la FIFA.
Il fait le ménage
Sepp Blatter a notamment construit un égalitarisme total. Un coup de génie: au Congrès de la FIFA, il n’y a ni petit ni grand. «Jusqu’à l’absurde, estime Thomas Kistner, auteur du livre « FIFA Mafia », paru en 2013. 
Aux Nations Unies, les grandes décisions sont prises par les nations puissantes. A la FIFA, une île de sable des Caraïbes pèse autant que la Fédération allemande et ses sept millions de licenciés. Les fonctionnaires des pays qui ne sont pas des nations de football sont heureux et ils votent pour lui.» 
Aucune proportionnalité. Mais la possibilité de maîtriser l’ensemble de l’appareil, en lui allouant également des subventions et autres bonus généreux. 
Tous les vieux loups du football le disent aussi : Sepp Blatter fait le ménage dans le groupe qui a attribué les Coupes du monde à la Russie et au Qatar: des 22 membres du Comité exécutif qui ont décidé des attributions, 11 ne sont plus là. 
Des départs sans fracas ni scandale, car l’essentiel est toujours de préserver l’institution. Et ce n’est pas fini.
Par Patrick Oberli
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال