Facebook : entre l’envie et la dépression c’est toute une histoire!

Les comportements sociaux liés à l’usage du réseau Facebook ont fait l’objet de nombreuses études. Pouvant aboutir jusqu’à la dépendance, l’utilisation intense du réseau social en question est souvent liée à la dépression selon un grand nombre de travaux. Une étude récente met en évidence le lien qui existe entre l’utilisation de Facebook, le sentiment d’envie et la survenue de symptômes de dépression.
A cet effet, des chercheurs de la Bradley University, de l’Université du Missouri et de la Nanyang Technological University (Singapour) ont réalisé une enquête auprès de 736 étudiants américains à qui ils ont soumis un questionnaire portant sur le temps qu’ils passent sur Facebook et l’utilisation des différentes fonctionnalités du réseau social telles que : mettre à jour son profil, publier des photos, poster un commentaire, lire un fil d’actualité.
Par la suite, les participants ont été interrogés sur leur ressenti et ont été invités à indiquer les sentiments éprouvés tels que l’envie, la jalousie ou le sentiment d’être déprimé.
L’expérience ne montre pas de relation directe entre l’utilisation du réseau social et la survenue de la dépression. Par contre, un lien significatif entre le sentiment d’envie et les symptômes de dépression a été mis en évidence ; le sentiment d’envie étant impliqué dans  25% de ces symptômes. Les scientifiques en concluent que la dépression en rapport avec l’utilisation de Facebook est médiée par des sentiments d’envie. Toutefois, lorsque le sentiment d’envie est « contrôlé », l’utilisation de Facebook diminue de manière effective la dépression.
Les recherches antérieurement réalisées ont montré que les utilisateurs de Facebook les plus « assidus » ont un cerveau très sensible à la comparaison sociale. Une attitude qui mène très facilement à un sentiment d’insatisfaction générale et à un certain mal-être. Avec près de 1,39 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde, Facebook est un merveilleux outil de communication et d’échange à condition que l’on désactive le mode « comparateur social » et de se libérer du poids des apparences qui sont souvent trompeuses.
Par Meriem Ben Nsir
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال