Maroc - Comment venir en aide aux victimes des inondations

Face à l’ampleur des dégâts provoqués par les dernières pluies, les associations s’organisent pour apporter leur aide aux victimes des inondations. Des collectes ont lieu un peu partout dans le pays.
Il n’y a pour le moment pas de bilan officiel mais des milliers de personnes ont été victimes des inondations de ces deux dernières semaines qui ont détruit ou endommagé des centaines d’habitations et coupé du monde plus de 250 villages. Le sud du royaume a de nouveau enregistré des précipitations record: il est tombé dans certains secteurs l’équivalent d’une année de pluie, voire plus, comme à Agadir, la grande station balnéaire du pays (au moins 250 mm de précipitations).
Si les autorités ont pris en charge les victimes, à l’image de la préfecture de Guelmin -déclarée zone sinistrée- qui a annoncé s’occuper de plusieurs centaines de personnes sans domicile, la société civile, associations en tête, s’organise aussi pour leur venir en aide.
Si vous voulez aider :
• La Banque alimentaire collecte vos dons en nature : vêtements, chaussures, denrées alimentaires non périssables (féculents, riz, produits d’hygiène, conserves, lait UHT) et autres produits de première nécessité. Pour en savoir plus, rendez-vous sur sa page Facebook  ou sur le site de l’association basée à Casablanca. Vous pouvez aussi envoyer de l’argent. Plus d’infos au +212 663 30 57 47
• Spontanément, une campagne de collecte nommée « #100dhpouraider » a été lancée sur twitter puis montée sur le site de financement participatif Cotizi. Les fonds réunis seront redistribués à la Banque alimentaire. Vous pouvez donner 50 dirhams minimum, en payant par carte bancaire directement sur le site. Plus de 43 000 dirhams ont déjà été collectés en quelques heures.
• Opération Maroc Généreux, en collaboration avec d’autres associations, est présente à Casablanca, Rabat, Salé, Kénitra, Marrakech et Agadir. A Casablanca, les points de collecte sont ouverts 9 heures à 20 heures dans plusieurs quartiers (faculté des sciences Ben M’Sik, espace des jeunes de Sbata etc.). Dans les autres villes, les bénévoles se déplacent même jusqu’à vous pour récupérer vos dons ! Toutes les informations et les coordonnées des personnes à contacter sont sur la page Facebook de l’opération.
• Le dépôt d’Ataa Foundation est à Rabat mais l’association collecte dans presque toutes les grandes villes du pays. Les numéros des bénévoles de chaque ville sont disponibles sur la page Facebook de l’organisme.
• Vous pouvez déposer vos dons dans des universités auprès des Jeunes leaders marocains (JLM). Leurs bénévoles peuvent aussi se déplacer. Contactez Amine au 06.71.21.70.03 ou consultez tous les contacts par ville sur la page Facebook de leur opération.
• Dir lkhir collecte aussi des dons en nature (des médicaments en plus des habituels vêtements, couvertures et nourriture). Vous pouvez contacter directement le président, Rochdi, au 06.76.18.36.50. Dir Ikhir s’occupe de collecter et enverra ensuite des colis aux associations locales qui sont sur place.
Des points de collecte et des bénévoles qui se déplacent
En plus d’associations de taille comme la Banque alimentaire, l’une des premières à s’être mobilisée, des dizaines d’associations,  regroupées pour être plus efficaces, organisent notamment des collectes de vêtements, couvertures et nourriture. Certains organismes récupèrent les dons sur tout le territoire, telle Ataa Foundation, qui devrait se rendre dans la région de Taza le samedi 6 décembre. L’association aimerait venir en aide à 200 familles, en leur apportant à chacune des couvertures et un panier d’alimentation. « Il y a 400 familles concernées dans cette région, dispersées sur neuf douars mais nous allons devoir nous concentrer sur les familles les plus touchées », regrette Abdessalam Alami, bénévole à Rabat.
Les Jeunes leaders marocains (JLM) s’organisent eux aussi, en montant des points de collecte dans les universités.  » Nous espérons pouvoir aussi collecter dans les supermarchés et les collèges mais nous attendons les autorisations « , nous explique Amine, bénévole de l’association à Marrakech. Les livraisons de JLM dans la région de Chichaoua seront accompagnées d’une caravane médicale.
Un manque cruel de véhicules pour acheminer l’aide
Les associations peinent à trouver des véhicules pour leurs distributions. C’est ce que nous explique par exemple Soufiane Hayah Serghini, président de l’association Opération Maroc généreux : « Je ne cesse de frapper à toutes les portes pour qu’on nous mette à disposition des moyens de transports. Le Conseil de la préfecture de Casablanca va peut-être nous prêter un véhicule mais vu les mauvaises conditions pour accéder à ces régions, ils ont un peu peur ». En plus des dons en nature, il tente alors de collecter de l’argent pour louer un camion. Son organisme a déjà reçu plusieurs colis venus de France. Il distribuera les dons les 12 et 13 décembre à trois douars entre Marrakech et Ouarzazate.
Par Pauline Chambost

Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال