GAZA..Après 29 jours de bombardements

Le temps est donc au bilan et le constat est accablant côté palestinien. Les Gazaouis comptent plus de 1850 tués et près de 10 000 blessés essentiellement des civils dont des femmes et des enfants.
Selon les autorités de Gaza, 10 500 maisons ont été détruites et près de 32 000 bâtiments publics sont endommagés. Il n'y a plus d'électricité, plus de centrale électrique, plus d'eau potable, toutes les routes sont détruites... La reconstruction prendra du temps. Le vice-ministre palestinien de l’Économie, Tayssir Amro, a déjà annoncé que la guerre aura causé entre 4 et 6 milliards de dollars de dégâts.
Les exigences des Israéliens ont été relayées mercredi auprès des négociateurs palestiniens dans le cadre de pourparlers au Caire, faisant suite au cessez-le-feu de 72 heures entamé mardi. Israël a réclamé que le Hamas, au pouvoir à Gaza, et les autres groupes armés déposent les armes, ce que le mouvement islamiste refuse catégoriquement. Les exigences des deux parties, en vue d'une trêve durable à Gaza, semblent difficilement conciliables
Dialogue de sourds au Caire  
Le Hamas exige la fin du blocus imposé à l'enclave palestinienne, tandis qu'Israël réclame que les combattants du mouvement islamiste déposent les armes.
La délégation égyptienne, menée par de hauts responsables du renseignement, avait rencontré au préalable dans la nuit les négociateurs israéliens, tout juste arrivés au Caire, ont précisé des membres de la délégation palestinienne sous le couvert de l'anonymat. L'armée israélienne s'est totalement retirée mardi de la bande de Gaza, près d'un mois après le début d'une nouvelle offensive qui a fait, selon le ministère palestinien de la Santé, 1 875 morts, dont 430 enfants et adolescents et 243 femmes. Du côté israélien, 64 soldats et 3 civils ont péri.
Tony Blair attendu mercredi
Dans la nuit, un des chefs du Hamas et membre de la délégation a catégoriquement rejeté une des conditions posées par les Israéliens pour une trêve prolongée : le désarmement des combattants du Hamas et autres groupes armés dans la bande de Gaza. "Nous tuerons quiconque tente de prendre nos armes", a juré Ezzat al-Rishq sur son compte Twitter. Dans un entretien à l'Agence France-Presse, il a précisé que le Hamas ne tiendrait même pas compte de la demande israélienne de déposer les armes, en particulier les roquettes qu'il tire régulièrement sur le territoire d'Israël. Les Palestiniens exigent en outre la fin de huit années d'un blocus qui asphyxie la minuscule enclave et ses 1,8 million d'habitants, la libération de prisonniers ainsi qu'un aéroport opérationnel à Gaza, selon Ezzat al-Rishq.
L'émissaire du Quartette (ONU, Union européenne, États-Unis, Russie) pour le Proche-Orient, l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, est attendu mercredi au Caire en compagnie du coordinateur de l'ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry. Ils doivent s'entretenir dans la soirée avec les médiateurs égyptiens, selon Le Caire.
Par Freedom1
Reactions:

0 comments :

Enregistrer un commentaire

التعليق على هذا المقال