Les Pays-Bas retrouvent l'Argentine en demi-finales

Les quatre qualifiés pour les demi-finales sont tous habitués du rendez-vous. Pourtant, le Mondial est un tournoi plus ouvert que les autres grandes compétitions sportives.
1- Les Pays-Bas se qualifient dans la douleur pour les demi-finales de la Coupe du monde. Arjen Robben et ses coéquipiers ont pris la mesure d'un valeureux Costa Rica aux tirs au but (4-3, 0-0 a.p.) et défieront l'Argentine en demi-finale mercredi prochain.
2- Enfin! Après vingt-quatre ans d'attente, l'Argentine sera au rendez-vous des demi-finales de la Coupe du monde. Emmenée par un Gonzalo Higuain retrouvé, l'Albiceleste a dominé la Belgique 1-0 à Brasilia.
1- Les Pays-Bas affronteront, comme prévu, l'Argentine mercredi en demi-finale de la Coupe du monde. Moins prévu en revanche, les Oranje ont eu besoin des tirs au but (4-3, 0-0 ap) pour se défaire d'un Costa Rica copieusement dominé mais incroyablement résistant.
Une qualification qui porte une nouvelle fois la patte de Louis Van Gaal. Fait rarissime, le sélectionneur batave a sorti son gardien titulaire Jasper Cillessen à la... 121e, pour introduire Tim Krul uniquement en vue de la séance fatidique. Bien lui en a pris puisque le portier de Newcastle est parti... cinq fois sur cinq du bon côté, repoussant les envois de Ruiz et Umana! Quel coaching...
Un peu d'Espagne
L'écrin de la rencontre permettait d'espérer un spectacle emballant. Cette Arena Fonte Nova de Salvador, stade le plus "prolifique" du tournoi avec 4,8 buts inscrits en moyenne (dont le 5-2 de la France contre la Suisse), où tout avait commencé pour ces Bataves inattendus par une correction infligée aux Espagnols (5-1). Il n'en fut malheureusement rien.
 Il y a d'ailleurs eu un peu d'Espagne dans le jeu néerlandais, en cela que jamais la sélection de Louis Van Gaal n'a perdu patience, faisant le pari d'un football basé sur la confiscation de la balle jusqu'à trouver une brèche et s'y engouffrer. A la différence près que, même quand elle est en panne d'inspiration, la Roja est plus tournée vers l'avant et la progression dans le terrain. Les Pays-Bas, eux, ont surtout attendu.
Le sceau de Van Gaal
 Une première mi-temps plus que médiocre, une seconde insipide: il a fallu laisser passer plus de 80 minutes de jeu pour enfin commencer à vibrer. Le plus souvent à l'initiative des Néerlandais, contrariés trois fois par les montants d'un Keylor Navas sinon impeccable et salvateur.
Même si c'est dans la douleur, comme au tour précédent contre le Mexique (2-1), les Pays-Bas ont donc forcé les portes du dernier carré. Pour la deuxième édition consécutive, mais avec une approche totalement différente marquée du sceau de Van Gaal. Sera-ce la bonne année?
Le Costa Rica est pour sa part passé très près d'offrir à la zone CONCACAF la première demi-finale de Coupe du monde de son histoire. Un résultat qui n'aurait pas traduit fidèlement le déroulement de la rencontre mais qui aurait eu le mérite de créer une véritable sensation.
2- Cette rencontre, qui promettait beaucoup, n'a pas débouché sur un grand match. La faute au but rapidement inscrit par Gonzalo Higuain (8e), qui ne les a pas incités à se ruer à l'attaque. Mais aussi en raison de la défaillance collective des Belges, symbolisée par une nouvelle prestation en demi-teinte d'Hazard.
Le numéro 10 a d'ailleurs été remplacé à la 75e sans avoir jamais pu donner les impulsions offensives attendues.
L'Argentine a défendu son avance avec son acharnement coutumier, harcelant ses adversaires sans relâche dès le milieu du terrain, sous la houlette de Mascherano et Biglia. Higuain, transfiguré par son but, a aussi touché la transversale (55e) et a pesé sur la charnière centrale belge. Messi a montré plusieurs gestes de grande classe, mais il a manqué la balle du 2-0 sur une rupture seul face à Courtois (94e).
Les Argentins continuent donc leur parcours, avec un cinquième succès consécutif acquis avec un but d'écart. C'est la première fois depuis 1990 que les doubles champions du monde rejoignent le dernier carré de la compétition. A Sao Paulo, l'Argentine sera opposée aux Pays-Bas ou au surprenant Costa Rica.
Des Belges prévisibles
Les hommes d'Alejandro Sabella ont pris les devants dès la 8e, après un ballon perdu à mi-terrain par Kompany. Le contre, initié par Messi, permettait à Higuain de marquer son premier but du tournoi, d'une reprise aussi spontanée qu'efficace.
La Belgique n'est jamais arrivée à se libérer. Son jeu est demeuré trop prévisible, et surtout trop lent. Hazard n'a jamais été servi dans de bonnes conditions. De plus, le lutin de Chelsea avait deux voire trois adversaires sur le dos dès qu'il recevait le ballon. Comme parfois quand cela ne tourne pas pour lui, il semblait baisser assez vite les bras. Son remplacement n'a dès lors pas franchement surpris.
Le gardien argentin Romero n'a au final quasiment aucun arrêt difficile à effectuer. Les Belges ont été dangereux sur des têtes de Mirallas (42e) et Fellaini (61e), qui manquaient de peu le cadre. Dans les dernières minutes, les Diables rouges ont poussé en vain.
Par Mayadin1+FIFA.COM + RTS.CH
Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال