Brésil-Allemagne en demi-finale, remake de la finale 2002

Le Brésil et l'Allemagne se rencontreront mardi à Belo Horizonte en demi-finale du Mondial 2014, pour un remake de la finale remportée par la Seleçao en 2002, le dernier de ses cinq titres mondiaux.
Ils leur faudra être plus précis mardi à Belo Horizonte face aux Allemands, redoutables d'efficacité, qu'ils n'ont rencontré qu'une seule fois jusqu'alors en Coupe du monde, en 2002, pour une victoire du Brésil de Ronaldo 2 à 0.
1- Loin d'avoir encore réglé tous ses problèmes, le Brésil s'est quand même qualifié pour les demi-finales de sa Coupe du monde. La Seleção a dominé la Colombie 2-1 à Fortaleza, offrant à la planète un choc de titans face à l'Allemagne, mardi prochain à Belo Horizonte.
2- L'Allemagne reste la "bête noire" de la France en Coupe du monde. La Mannschaft a dominé la formation de Didier Deschamps 1-0 grâce à une réussite d'Hummels (13e) et s'est qualifiée pour la treizième demi-finale de son histoire.
1- Cette fois-ci, ce Brésil dont l'approche du jeu ne convainc pas les supporters a fait naître quelque chose d'autre qu'une simple étincelle de bonheur un soir de victoire. Poussé par des torcedores en transe, le pays hôte a donné des raisons concrètes de croire en l'obligatoire triomphe programmé le 13 juillet au Maracanã.
Par leur envie de mettre le feu dans les lignes colombiennes, par leur performance défensive moins chaotique que, par exemple, contre le Chili, les Brésiliens ont adjoint à leur étiquette de favoris naturels sur le papier quelques arguments bien réels. Secoué, piqué au vif par son sélectionneur Luiz Felipe Scolari au cours d'un faux off organisé avec six journalistes influents, le capitaine Thiago Silva, au mental que l'on dit fragile, est l'illustration parfaite des progrès auriverde entre leurs deux dernières sorties.
Ni fond de jeu, ni projet
Bien installée, équilibrée, la Seleção a pris les devants à la 7e déjà, sur un corner tiré par Neymar et repris par Thiago Silva au deuxième poteau, après une trouée de toute la défense et grâce à un oubli de marquage de Sanchez. Elle a ensuite dominé, a bien su isoler James Rodriguez du reste de son équipe et a essayé d'accroître son avance, ce qu'elle aurait sans doute pu réussir plus tôt si Hulk n'avait pas autant de déchet technique ou faisait de meilleurs choix.
Il ne faut cependant pas s'y tromper: les Brésiliens n'ont toujours pas de fond de jeu ni aucun projet collectif identifiable, si ce n'est celui de se lancer dans un raid solitaire chacun à tour de rôle. Sans doute aussi est-ce pour cela que, comme pour l'ouverture du score, le deuxième but a été inscrit sur balle arrêtée, un magnifique coup franc direct de David Luiz (68e).
Pour l'instant, la Seleção, qui a souffert en fin de match après le 2-1 marqué sur penalty par James Rodriguez (6e but) à la 80e, n'a pas encore affronté d'équipe de son envergure. Les choses seront très différentes au stade Mineirão mardi face à l'Allemagne. Sans Thiago Silva, qui sera suspendu, alors que Neymar, victime d'une très vilaine charge de Zuniga dans le dos, a quitté le terrain sur une civière à la 88e...
2- Sereine, plus expérimentée, la Mannschaft a parfaitement maîtrisé cette rencontre globalement décevante. La chaleur a rendu la tâche des joueurs très difficile, et le jeu a souvent manqué de rythme. La France, de son côté, a déçu en se montrant incapable d'aller bousculer une défense allemande pourtant pas très mobile. Les Bleus ont été dominés au milieu de terrain, où Pogba, Cabaye et Matuidi n'ont pas su donner les impulsions nécessaires.
Les changements apportés par Joachim Löw dans son onze de départ ont porté leurs fruits. Le sélectionneur avait replacé Lahm à son poste de prédilection comme latéral droit, fait entrer Khedira pour densifier le milieu avec Schweinsteiger, et titularisé pour la première fois Klose. Le vétéran a pesé sur la charnière bleue durant une heure, avant de céder sa place à Schürrle, très utile dans le jeu de rupture.
Neuer intraitable
L'Allemagne a eu le bonheur d'ouvrir rapidement le score, dès la 13e. Sur un coup franc excentré de Kroos côté gauche, Hummels a dominé Varane au duel aérien pour marquer de la tête. Il s'agissait du deuxième but inscrit par le défenseur du Borussia Dortmund dans cette Coupe du monde.
 Manuel Neuer s'est montré intraitable dans son but, comme depuis le début de la compétition. Il est notamment intervenu devant Matuidi (77e) et Benzema (94e) de manière autant décisive qu'impressionnante.
Cet affrontement a été loin d'atteindre l'intensité dramatique du fameux match de Séville en 1982. Il a davantage fait penser à la demi-finale de 1986 au Mexique. A chaque fois, l'Allemagne était sortie victorieuse du terrain..
Objectif atteint
"Je pense qu'on a fait ce qu'il fallait pour les bousculer. On a eu les occasions, c'est une équipe qui a plus d'expérience que nous. Ils ont marqué sur coup de pied arrêté, c'est là où on était en déficit sur le plan athlétique. On a tout tenté sur la fin avec la dernière occasion de Karim (Benzema). C'est dommage, on n'est pas passé loin. Neuer a fait les parades qu'il fallait, on a manqué de précision", a déclaré Deschamps.
A deux ans de l'Euro organisé à domicile, les Français repartent néanmoins du Brésil avec la satisfaction d'avoir atteint leur objectif initial (les quarts de finale. Ils ont aussi repoussé le cauchemar de 2010, où ils avaient été éliminés au premier tour après une grève de l'entraînement.
 Par Mayadin1+FIFA.COM + RTS.CH
Reactions:

0 comments :

Publier un commentaire

التعليق على هذا المقال