عالم فيروسات ألماني: لن نتخلص من الكمامة قريبا وشتاء صعب ينتظرنا

 الكل يصغي إليه ويتابع تصريحاته باهتمام بالغ في زمن كورونا، إنه عالم الفيروسات الألماني كريستيان دروستن، الذي طور أول تجربة لتشخيص الإصابة بكورونا على مستوى العالم. وفي مقابلة مع DW يحذر من شتاء صعب قادم.

إلى متى سيتوجب علينا التعايش مع وباء كورونا على مستوى العالم؟

من الصعب التوقع بذلك عالميا. لدينا أوضاع مختلفة وصعبة في أوروبا، وفصل الشتاء لن يكون سهلا. وفي العام المقبل ستتوفر اللقاحات. وأعتقد أن الأمر سيستمر حتى نهاية العام القادم حتى يتوفر اللقاح لفئات محددة من المجتمع. والكمامة لن نتخلص منها سريعا، لأنه حتى لو بدأنا بالتلقيح، فإن الجزء الأكبر من السكان سيتوجب عليه استعمال الكمامات. وفي بلدان مثل ألمانيا حيث يوجد عدد قليل من الإصابات لن تكون هناك مناعة على نطاق واسع، وهذا قذ ينطبق على بلدان أوروبا الأخرى أيضا. ومن الصعب إطلاق تقديرات خاصة في مناطق أخرى من العالم. أما في إفريقيا يبدو تطور المرض أقل خطورة، وهذا قد يعود للبنية العمرية الفتية، لكننا الآن ننظر فقط إلى المراكز الحضرية حيث يعيش الكثير من الشباب. ونحن لا نعرف كيف يتطور الفيروس عندما ينتشر في الريف، ولا نعرف كذلك وضع الوباء هناك. وهناك بيانات تفيد بأن الاصابات تتراجع، لكن لا نعرف هل بإمكاننا تعميم هذا الشيء؟ وفي المدن قد يضعف الوباء، لكنه من الممكن أيضا أن يبدأ الآن بالانتشار الفعلي.

ما هي المناطق التي تنظرون إليها بقلق؟

الهند تثير قلقي الأكبر حاليا، فهي ذات كثافة سكانية عالية والفيروس ينتشر هناك ـ لن أقول بدون تحكم، لكنه تقريبا كذلك. ثم بالطبع مناطق في أمريكا الجنوبية. لقد سبق أن تحدثت عن إفريقيا، فالقارة الإفريقية تمثل حاليا لغزا صغيرا. وفي الجزء الشمالي من الكرة الأرضية يحل الشتاء وهناك مناطق بينها أوروبا حيث توجد سيطرة محدودة على الفيروس. وبعض البلدان تنتقل بكثير من حالات الإصابة بكورونا إلى فصل الشتاء والثقة في البنية التحيتة الطبية والرعاية الصحية محدودة. وهناك بلدان في أوروبا أعتقد أنه يتوجب عليها أن تتخذ قريبا إجراءات أكثر صرامة.

بعض البلدان ننظر إلى ألمانيا كقدوة، كنموذج يحتذى في التعامل مع الوباء. ما هي الإجراءات الصحيحة التي تتخذها ألمانيا؟

هناك بالتاكيد العديد من الأسباب. وأحد الأسباب يتمثل في التعامل المباشر والحاسم في بداية الموجة الأولى، ونهج المستشارة أنغيلا ميركل حينها. وفي الأثناء تراجع بعض الشيء تضامن الولايات الألمانية. لكن الجانب الحاسم هو أن رد فعل المانيا كان مبكرا. ليس فيما يتعلق بالتاريخ، بل فيما يرتبط بالتوقيت النسبي الذي فُرضت فيه قيود على التواصل ـ وأحيانا الحجر الصحي، وذلك بالمقارنة مع التطور الفعلي للوباء.

وبفضل تجارب المختبرات والتوفر الواسع للاختبارات يمكن التمييز بين ألمانيا ودول أخرى. وسبب آخر يتمثل في أن الوباء بدأ بالانتشار عندنا متأخر نوعا ما. فحالات كورونا الأولى القادمة من الخارج لم تتطور في يناير/ كانون الثاني إلى وباء، بل بدأ الانتشار الواسع من نهاية فبراير/ شباط. وأمكن السيطرة على الحالات القادمة من الخارج فلم تتوسع. وهذا هو ربما السبب وراء فعالية سلوكنا. وبعد الحجر الصحي لنقول ابتداء من منتصف مايو/ أيار لم تبق إلا حالات قليلة في ألمانيا وظل الوضع على ما هو عليه، وهو كذلك حتى الآن ولو أن لدينا ارتفاع طفيف في الإصابات.

الآن لدينا الخريف والشتاء مايزال أمامنا. ما الذي سيحصل حسب اعتقادك؟

أعتقد أن هناك فيما يخص البنية السكانية وبعض المعايير الأخرى فقط اختلافات قليلة بين البلدان الأوروبية. يجب علينا بالتالي النظر إلى الآخرين، إلى فرنسا وبريطانيا وإسبانيا. وما نراه هناك سنراه في المانيا أيضا إذا لم يكن رد فعلنا مبكرا حتى يكون الوضع قابلا للتحمل بالنسبة إلى الاقتصاد والهدف من ذلك محددا. إنها مهمة صعبة إيجاد التوقيت الصحيح الذي يجب علينا فيه تغيير الإجراءات المتخذه حاليا والتي لا يمكن انتقادها.

مختبر لاختبارات الرصابة بفيروس كورونا في مطار فرانكفورت

الاختبارات الواسعة النطاق كانت سببا مهما حسب دروستن في تجاوز ألمانيا بسهولة نسبية الموجة الأولى من الوباء

تقول علينا التعايش طويلا مع الكمامة. متى يمكننا التعانق من جديد؟

ستكون قضية إقليمية تماما. ولن أتعجب إذا ما بات لدينا في أجزاء من العالم العام المقبل سكان محميون. لكن هذا يعني أنهم مروا بوباء لم يظهر قويا بسبب البنية العمرية (مجتمعات فتية)، وقد يكون هذا الحال مثلا سائدا في إفريقيا، وعلى الأقل أتمنى أن يحمي العمر الفتي السكان الأفارقة. وفي أجزاء أخرى من العالم حيث يقوم الأمر على تفادي انتقال الفيروس وانتظار استخدام لقاح يمكن لنا توقع أننا سنستخدم الكمامات حتى نهاية عام 2021. ومن المستحيل التنبؤ، لكن السنة المقبلة ستكون سنة نستخدم فيها الكمامات.

أجرت الحوار: نينا هازه - DW

البروفيسور  كريستيان دروستن مدير معهد علوم الفيروسات بمستشفى شاريتي في برلين. وفي 2003 كان أحد مكتشفي فيروس كورونا سارس وفي بداية عام 2020 طور أول اختبار على مستوى العالم لتشخيص سارس كوف 2، فيروس كورونا المستجد. ومنذ بداية انتشار وباء كوفيد 19 بات معروفا كخبير لدى جمهور واسع جدا في المانيا.

Algérie : débats et enjeux du référendum constitutionnel du 1er novembre

 ANALYSE. Souhaitée par le président Tebboune, la réforme constitutionnelle devrait aider à poser une nouvelle légitimité au pouvoir en place dans un système politique hybride.

« Êtes-vous d'accord sur le projet de révision de la Constitution qui vous est proposé ? » C'est à cette question que devront répondre les Algériens appelés à participer au référendum le 1er novembre prochain. La réforme constitutionnelle, projet phare du président Abdelmadjid Tebboune, approche de sa phase finale après le vote sans surprise du Parlement (en l'absence des partis de l'opposition qui ont boycotté la séance du 10 septembre) et le « filtrage » par la commission d'experts de pas moins de 2 500 propositions d'amendements.

« Sortir du régime présidentiel rigide »

Ce chantier devrait, selon le chef de l'État, « traduire la volonté de changement radical en articles constitutionnels, lesquels constitueront les fondements de l'édification de la nouvelle République ». Pour le chef d'état-major de l'armée Saïd Changriha, il s'agit d'une « étape cruciale dans le processus visant à tracer les repères du nouvel État algérien ». La mouture proposée à référendum ne se différencie pas trop du draft soumis par les experts et la présidence de la République : l'idée défendue par les autorités est de « sortir du régime présidentiel rigide du moment ». « Il est impossible qu'une seule personne s'approprie le pouvoir et agisse à son gré et suivant ses humeurs », pour reprendre les termes d'Abdelmadjid Tebboune.

L'objectif serait, sur le papier, d'aller vers un système semi-présidentiel, une manière de conjurer l'effondrement, lors du printemps 2019, de la pyramide inversée qu'était le système ultra-présidentiel d'Abdelaziz Bouteflika. Cela suffira-t-il, alors que pour l'ancien chef du gouvernement Mouloud Hamrouche, père des réformes de la fin des années 1980, « la priorité doit aller à rétablir la norme légale, et à instaurer la vérification et le contrôle pour toute fonction, toute action et tout exercice de responsabilité » ? « L'effort, la considération et la confiance doivent aller en priorité à substituer aux hommes une vraie constitution, de vraies institutions exerçant de vrais pouvoirs d'autorisation, de régulation, d'habilitation, de contrôle et d'arbitrage », avait-il préconisé en mai 2019.

Vers un régime « hybride » ?

Cet effort est-il concrétisé dans la mouture proposée qui veut marquer des avancées sur le plan des libertés en instituant notamment le système déclaratif pour la création des journaux et les manifestations ? Pour l'avocat et figure du mouvement populaire du 22 février, Mustapha Bouchachi, la nouvelle Constitution « institue un pouvoir personnel dans lequel le président de la République est comme un empereur qui s'immisce dans les prérogatives des pouvoirs législatif et judiciaire, en plus des leviers de contrôle qu'il détient à travers les nominations », regrettant que, finalement, le projet ne fixe pas un régime clair, « ni parlementaire, ni présidentiel, ni semi-présidentiel ».

« Tel que formulé, le projet de Constitution met en place un régime hybride. C'est un régime parlementaire si les élections législatives débouchent sur une majorité parlementaire ; un régime semi-présidentiel si aucune majorité ne se dégage. Cela débouchera forcément sur des incertitudes, alors que le pays n'a pas encore réussi à asseoir de véritables traditions constitutionnelles », écrit l'éditorialiste et politologue Abed Charef. Ce dernier ajoute : « Avec ce régime, il ne reste de fait au chef de l'État qu'à empêcher la victoire nette d'un parti pour rester maître du jeu. »

Cette « hybridité » est pointée également par la constitutionnaliste Fatiha Benabbou : « Il s'agit là d'un article qui semble emprunter à l'exemple français certaines de ses pratiques. Ce système étant connu, lorsque la majorité parlementaire ne coïncide pas avec la majorité présidentielle, pour l'effacement temporaire présidentiel au profit du Premier ministre. Un schéma qui ne répond pas à la sociologie politique algérienne. D'autant que la présomption de l'existence d'une majorité parlementaire est irréaliste en Algérie. »

La Constitution du Portugal post-dictature comme inspiration

Ces critiques ne semblent pas entamer la vision des experts mandatés par la présidence de la République. Pour le professeur Ahmed Laraba, président du comité d'experts chargé de la révision constitutionnelle, il est « dommage que le débat soit biaisé ». « Des amendements fondamentaux sont passés inaperçus. Dans la mouture présentée, il y a le chapitre des principes généraux, mais aussi celui de l'organisation et de la séparation des pouvoirs, qui ne sont plus nommés. Pour nous, il n'était pas question de donner des pouvoirs à chacun, mais plutôt d'en extraire. Les débats actuels réduisent le président de la République à un chef de l'exécutif, alors que l'article 143 stipule clairement qu'il est au-dessus. Il est élu au suffrage universel et représente l'État, pas le gouvernement », poursuit le juriste.

Mais pour le Front des forces socialistes (FFS), « un ordre juridique n'anticipe pas et ne crée pas l'ordre social […] Il le confirme. Une constitution vient sanctionner, tout en sanctuarisant les invariants historiques, un ordre social établi et un rapport de force politique structuré par le libre jeu démocratique. »

En face, le comité des experts explique que « l'une des Constitutions qui nous a intéressés est celle du Portugal qui date du 24 avril 1976, à la suite de la révolution contre le fascisme. Fruit d'une Constituante, qui apparaît aujourd'hui chez nous comme un horizon indépassable, elle a été amendée huit fois. Pourquoi ? Parce qu'il y a le rythme de la vie, le monde qui bouge, la société qui change, etc. De ce fait, le droit a besoin d'être en rapport avec ce réel mouvement. Sinon, il y aura une désolidarisation entre le droit et la réalité. »

Comment constitutionnaliser une révolution ?

Mais au-delà de ces débats de juristes et de politiques, l'enjeu d'une nouvelle constitution est aussi, et surtout, l'ampleur de l'adhésion à ce projet dans un contexte politique tendu. « La véritable appréhension du pouvoir concerne moins l'issue de la consultation que le niveau de participation auquel il peut s'attendre et le climat politique que l'approche du vote va susciter », fait remarquer l'éditorialiste Mustapha Hamouche. Pour lui, le système a répondu au mouvement populaire en deux étapes : la « continuité constitutionnelle » – en opposition à un processus constituant comme l'exige une partie de l'opposition – qui déboucha sur l'élection de M. Tebboune en décembre 2019 ; ensuite une révision constitutionnelle, « et le débat est en quelque sorte… clos ! » « Non seulement, le mouvement populaire a pris fin parce qu'il a abouti. Mais sa légitimité est transférée au pouvoir. Désormais, toute question sur la nature politique de l'État ne peut être que d'origine marginale, non populaire, voire suspecte. Le débat politique est clos ; vive le débat sur la Constitution ! » conclut l'éditorialiste du quotidien Liberté.

Une nouvelle légitimité, un nouveau pouvoir

Le mot est lâché : légitimité. Le projet constitutionnel, les avancées sur la question hypersensible de la mémoire avec le rapatriement des crânes des résistants algériens de France, la prise de contrôle graduelle de pans entiers de la mécanique sécuritaire sont les piliers d'une légitimité présidentielle en devenir.

Comme le souligne l'analyste et ex-colonel des services secrets Mohamed Chafik Mesbah dans son ouvrage Problématique Algérie : « Contrairement aux pays occidentaux, la légitimité, en Algérie, s'acquiert après coup ; elle n'est pas un préalable, mais un résultat. C'est souvent à l'initiative de groupes extrêmement restreints que se dénouent les contradictions, à un moment donné […] Après un laps de temps, la société finit toujours par se reconnaître dans le projet du groupe restreint qui a pris l'initiative de dénouer la crise et adhère à sa démarche. » L'analyste cite comme exemple le « groupe des 21 » qui a déclenché la révolution du 1er novembre 1954 contre le colonialisme français. Une date choisie, 66 ans plus tard, pour le référendum pour la nouvelle Constitution qui devrait (ou pas) générer – et légitimer – le nouveau pouvoir à Alger.

Par Adlène Meddi, à Alger - lepoint.fr

منظمة حقوقية ترصد حجب السلطات المصرية مئات المواقع الإلكترونية

 رصدت الشبكة العربية لمعلومات حقوق الإنسان حجب السلطات المصرية 682 رابطا على الأقل، من بينها 596 موقعًا و32 رابطًا بديلا استخدمته المواقع المحجوبة للوصول إلى جمهورها عوضا عن الروابط التي حُجبت.

وأطلقت الشبكة، إلى جانب مجتمع التقنية والقانون "مسار"، يوم الأحد حملة "أوقفوا الحجب" للمطالبة برفع الحجب عن مواقع الإنترنت ومناهضة الرقابة على الإنترنت في مصر، حيث بدأت السلطات المصرية موجة موسعة من حجب المواقع في مايو/أيار 2017، ولا تزال مستمرة حتى الآن.

وبحسب الشبكة، بدأت حملة حجب مواقع الويب بحجب 21 موقعًا صحفيا وإخباريا بينها موقع "مدى مصر" ومواقع تابعة لشبكة الجزيرة الإعلامية ومواقع أخرى قطرية أو تابعة لجماعة الإخوان المسلمين، ثم استمرت السلطات المصرية في ممارسة حجب المواقع لتشمل المواقع التي توفّر أدوات لتجاوز حجب المواقع والرقابة على الإنترنت ومواقع منظمات حقوقية ومدونات ومواقع صحفية، بالإضافة إلى اتساع نطاق عدد المواقع الصحفية المحجوبة.

وشملت المواقع المحجوبة 116 موقعًا صحفيا وإعلاميا، و349 موقعا يُقدِّم خدمات تجاوز حجب المواقع، و15 موقعا يتناول قضايا حقوق الإنسان، و11 موقعا ثقافيا، و17 موقعا يُقدم أدوات للتواصل والدردشة، و27 موقع نقد سياسي، و8 مدونات ومواقع استضافة مدونات، و12 موقعًا لمشاركة الوسائط المتعددة، بالإضافة إلى عدد آخر من المواقع المتنوعة.

وقالت الشبكة العربية لمعلومات حقوق الإنسان ومجتمع التقنية والقانون إنهما يهدفان من خلال الحملة إلى دعم حق الجمهور في الوصول إلى المعرفة، ودعم حرية الإعلام الرقمي وتداول المعلومات، في ظل سيطرة السلطات على أغلب وسائل الإعلام المرئية والمسموعة والمكتوبة والرقمية، وطالبت الرأي العام بالضغط على السلطات المصرية لرفع الحجب عن مواقع الويب والتوقف عن ممارسة الرقابة على الإنترنت.

وخلال حملة "أوقفوا الحجب" ستنشر "مسار" والشبكة العربية لمعلومات حقوق الإنسان قائمة بالمواقع التي رُصد حجبها خلال الفترة السابقة، كما ستتوجه المؤسستان بخطابات إلى المقرر الخاص المعني بتعزيز وحماية الحق في حرية الرأي والتعبير، والمقرر الخاص المعني بحالة المدافعين عن حقوق الإنسان بالأمم المتحدة، ومنظمة الأمم المتحدة للتربية والعلوم والثقافة (يونسكو)، بالإضافة إلى مخاطبة الجهاز القومي لتنظيم الاتصالات، والمجلس الأعلى لتنظيم الإعلام في مصر، كما ستنشر المؤسستان خطا زمنيا يشرح كيفية تطور ممارسات حجب المواقع في مصر منذ 2017، بالإضافة إلى نشر معلومات وبيانات عن حالة الرقابة على الإنترنت في مصر.

المصدر : الجزيرة

Des entreprises de l'UE vendent des outils de surveillance à des responsables d'atteintes aux droits humains en Chine

 De nouvelles investigations menées par Amnesty International mettent en lumière les raisons de l’échec des règles établies par l’Union européenne (UE) pour contrôler les exportations de technologies de surveillance.

En vendant des technologies de surveillance numérique aux services en charge de la sécurité publique en Chine, des entreprises technologiques européennes risquent d’exacerber des atteintes aux droits humains généralisées, révèle Amnesty International dans un nouveau rapport d’enquête. L’organisation publie ses conclusions en amont d’une réunion très importante tenue à Bruxelles le 22 septembre, au cours de laquelle le Parlement européen et les États membres de l’UE décideront ou pas de renforcer les règles laxistes qui régissent les exportations dans le secteur de la surveillance.

Amnesty International a découvert que trois entreprises installées en France, aux Pays-Bas et en Suède ont vendu des systèmes de surveillance numérique, tels que des outils de reconnaissance faciale et des caméras réseau, à des acteurs stratégiques du dispositif chinois de surveillance de masse. Les produits exportés ont parfois été directement destinés aux programmes de surveillance de masse non ciblée mis en place par la Chine, posant ainsi le risque d’un usage contre les Ouïghours et d’autres groupes ethniques à majorité musulmane sur le territoire.

La plupart des gouvernements de l’UE, dont ceux de la France et de la Suède, s’opposent aux appels en faveur d’une réglementation plus stricte des exportations, incluant notamment de solides garanties en matière de droits humains pour les technologies biométriques de surveillance, un secteur dominé par les entreprises européennes. L’Allemagne, qui assume la présidence de l’UE depuis le 1er juillet, et les Pays-Bas ont l’un comme l’autre reconnu par le passé la nécessité de mettre en place des garanties plus solides en matière de droits humains, mais n’ont pas réussi à ce jour à faire bouger les choses à l’échelon européen.

« Le secteur des technologies biométriques de surveillance en Europe échappe à tout contrôle. Les transactions avec des services de sécurité chinois et des instituts de recherche épaulant ces services que nous révélons au grand jour dans notre rapport ne sont que la partie émergée d’un marché qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros et prospère grâce à ses ventes à des responsables de violations des droits humains, ventes qui ne sont assorties que de peu de garde-fous contre toute utilisation finale abusive », a déclaré Merel Koning, responsable de la politique sur les technologies et les droits humains à Amnesty International.

Des projets de surveillance de masse, à l’image de « Skynet » et « Sharp Eyes », sont déployés un peu partout sur le territoire chinois pour maintenir la population sous une surveillance constante. Les services chinois en charge de la sécurité publique jouent un rôle essentiel dans l’expansion sans précédent de ce dispositif de surveillance. Les technologies biométriques de surveillance sont omniprésentes dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, où le nombre d’Ouïghours et de membres d’autres groupes ethniques retenus arbitrairement captifs dans des camps dits de rééducation est estimé à près d’un million.

«LE RÉGIME EUROPÉEN DE CONTRÔLE DES EXPORTATIONS ACTUELLEMENT EN VIGUEUR NE FONCTIONNE PAS ET SES BRÈCHES DOIVENT ÊTRE COLMATÉES RAPIDEMENT.»

Merel Koning, responsable de la politique sur les technologies et les droits humains à Amnesty International

« La condamnation par les gouvernements de l’UE de la répression systématique exercée dans le Xinjiang sonne creux s’ils persistent à autoriser les entreprises à vendre les technologies qui risquent justement de rendre possible cette répression. Le régime européen de contrôle des exportations actuellement en vigueur ne fonctionne pas et ses brèches doivent être colmatées rapidement », a déclaré Merel Koning.

Les outils biométriques de surveillance, et notamment les logiciels de reconnaissance faciale, sont au nombre des technologies de surveillance numérique les plus intrusives, permettant aux États d’identifier et de suivre des personnes dans des espaces publics, ou de les reconnaître à partir de leurs caractéristiques physiologiques ou comportementales. Ces technologies menacent clairement le droit au respect de la vie privée, le droit à la liberté de réunion, d’expression et de religion, et le droit de ne pas faire l’objet de discrimination.

L’enquête d’Amnesty International a mis au jour la vente de trois types différents de technologies de surveillance numérique à destination de services chinois de sécurité de l’État, d’organes chargés d’appliquer des lois qui bafouent les droits humains, et d’entités présentes dans le Xinjiang.

Morpho, qui fait aujourd’hui partie de la multinationale française Idemia, a décroché en 2015 un contrat portant sur la vente d’équipements de reconnaissance faciale directement au Bureau de la sécurité publique de Shanghai. L’entreprise est spécialisée dans les systèmes de sécurité et d’identité, dont les outils de reconnaissance faciale et d’autres produits d’identification biométrique. Amnesty International demande l’interdiction de l’utilisation, du développement, de la production, de la vente et de l’exportation des technologies de reconnaissance faciale à des fins d’identification tant par les organismes d’État que par les acteurs du secteur privé.

Au cours de ses recherches, Amnesty International a constaté qu’Axis Communications, une entreprise suédoise, se vantait même sur son site Internet de sa participation à l’expansion du dispositif de surveillance chinois. L’entreprise, spécialisée dans les technologies de surveillance et de suivi à distance à des fins de sécurité, conçoit et commercialise des caméras réseau. Elle a vendu ses produits à des services chinois en charge de la sécurité publique et a été qualifiée à plusieurs reprises de « marque recommandée » dans des documents d’appel d’offres chinois pour des systèmes de surveillance entre 2012 et 2019.

Sur son site, l’entreprise indique qu’elle a démultiplié le réseau de caméras de sécurité de Guilin, une ville située dans le sud du pays et comptant quelque cinq millions d’habitants, le faisant passer de 8 000 à 30 000 unités, dans le cadre d’un renforcement du programme de surveillance Skynet de la ville. Pivotant à 360 degrés et d’une portée de 300 à 400 mètres, ces caméras permettent de suivre des cibles provenant de tous les côtés.

«CES ENTREPRISES TIRENT PROFIT DE LA VENTE DE TECHNOLOGIES DE SURVEILLANCE NUMÉRIQUE QUI SONT ASSOCIÉES À DE GRAVES VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS.»

Merel Koning, responsable de la politique sur les technologies et les droits humains à Amnesty International

« Les services chinois en charge de la sécurité publique se servent des produits vendus par des entreprises européennes pour renforcer leur capacité de surveillance abusive. Ces entreprises tirent profit de la vente de technologies de surveillance numérique qui sont associées à de graves violations des droits humains. Elles auraient dû savoir que ces transactions avec les autorités chinoises s’accompagnaient d’un risque important, mais elles n’ont semble-t-il rien fait pour prévenir l’utilisation et l’examen de leurs produits par les auteurs d’atteintes aux droits humains. De ce fait, elles ont complètement manqué à leurs responsabilités en matière de droits humains. C’est la raison pour laquelle le Parlement européen doit agir pour mettre un coup d’arrêt aux opérations commerciales abusives de ce type », a déclaré Merel Koning.

Une entreprise néerlandaise, Noldus Information Technology, a vendu des systèmes de reconnaissance des émotions à des organes responsables de la sécurité publique et de l’application des lois en Chine. Le logiciel FaceReader conçu par l’entreprise analyse automatiquement les expressions faciales pour reconnaître la colère, la joie, la tristesse, la surprise ou le dégoût. Amnesty International a découvert qu’il était utilisé par des universités chinoises, en lien avec l’appareil de sécurité publique et la police, ainsi que par le ministère de la Sécurité publique. Le système juridique chinois ne respecte pas les normes internationales à de nombreux égards, et est régulièrement utilisé à mauvais escient par les autorités pour restreindre les droits humains.

Amnesty International a également constaté que l’entreprise néerlandaise avait vendu ses technologies de surveillance numérique à au moins deux universités du Xinjiang entre 2012 et 2018. Une transaction a notamment concerné le logiciel The Observer XT vendu en 2012 à l’université de Shihezi, qui relève du Corps de production et de construction du Xinjiang (CPCX). Cet organisme joue un rôle unique « dans la préservation de l’unification du pays, le maintien de la stabilité sociale dans le Xinjiang, et la répression des crimes terroristes violents ».

En 2012, on savait déjà que les autorités chinoises amalgamaient régulièrement les pratiques culturelles et religieuses ouïghoures et le terrorisme. Dans les années qui ont suivi, l’utilisation des progrès technologiques aux fins de répression des minorités dans le Xinjiang est devenue manifeste, les autorités chinoises manifestant un intérêt tout particulier pour les systèmes d’analyse émotionnelle et comportementale.

Les exportations de ces entreprises européennes qui ont fait l’objet d’investigations de la part d’Amnesty International posent un risque important pour les droits humains. Aucune de ces entreprises n’a apporté à l’organisation de réponse claire quant à la diligence raisonnable qu’elle a exercée avant la conclusion de ces transactions. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’UE doit agir maintenant.

Le rapport d’Amnesty International illustre les principales lacunes du régime de contrôle des exportations actuellement en vigueur dans l’UE, à savoir le règlement sur les biens à double usage. L’organisation engage le Parlement européen à inclure l’ensemble des technologies de surveillance numérique dans son cadre de contrôle des exportations, à renforcer les garanties en matière de droits humains dans les décisions sur les exportations, et à veiller à ce que toutes les entreprises procèdent à une évaluation de l’impact de leurs exportations sur les droits humains.

« Dans sa réponse à Amnesty International, Axis Communications a indiqué qu’elle n’avait pas à obtenir de licence d’exportation pour ses caméras destinées à être utilisées dans les programmes chinois de surveillance de masse. C’est bien là tout le problème du régime actuel de contrôle des exportations de l’UE. Les gouvernements européens doivent assumer leurs responsabilités et mettre un frein à ce secteur débridé, a déclaré Merel Koning.

« Tant que l’UE ne l’aura pas fait, ils devront répondre à des questions importantes sur le rôle qu’ils ont pu jouer dans les violations des droits humains commises par les autorités chinoises. »

Freedom1/Amnesty International 

مورينيو حاول ضمه عندما كان مدربا لريال مدريد.. بيل يكشف سر عودته لتوتنهام

 أعرب غاريث بيل -المنضم حديثا لتوتنهام هوتسبير اللندني- عن سعادته بحصوله على فرصة للعمل مع المدرب البرتغالي المخضرم جوزيه مورينيو الذي أكد بدوره أنه حاول في الماضي التعاقد مع المهاجم الويلزي عندما كان مدربا لريال مدريد.

وأكمل بيل (31 عاما) صفقة انضمامه على سبيل الإعارة لناديه السابق المنافس في الدوري الإنجليزي الممتاز لكرة القدم أمس السبت قادما من ريال مدريد بطل الدوري الإسباني الذي أمضى في صفوفه 7 أعوام.

وقال مورينيو إنه حاول التعاقد مع بيل عندما كان مدربا لريال مدريد ما بين 2010 و2013.

كما رشحت بعض التقارير بيل للانضمام إلى مانشستر يونايتد عندما كان مورينيو يقود جهازه الفني.

وقال بيل لشبكة "بي تي سبورت" (BT Sport) عن مورينيو "وجوده كان سببا رئيسيا في قدومي إلى هنا، فهو اسم كبير وحقق نجاحات كثيرة، إنه أنسب مدرب لتوتنهام، نحتاج للفوز بالألقاب وهو يعرف كيف يقوم بذلك أفضل من أي شخص آخر".

وأضاف بيل "أعرف أن جميع مشجعي توتنهام يتوقون كثيرا للفوز بأحد الألقاب، وسنبذل قصارى جهدنا في كل بطولة من أجل تحقيق هذا الهدف".

وأصيب بيل في الركبة خلال تمثيله لمنتخب ويلز في وقت سابق من الشهر الجاري، ويتوقع أن يكون جاهزا للعب بعد العطلة الدولية في أكتوبر/تشرين الأول المقبل، وهو متحمس كثيرا للانضمام إلى سون هيونغ مين وهاري كين في فريقه الجديد.

وقال اللاعب الويلزي "لم أتدرب منذ معسكر المنتخب الويلزي، ولذا فأنا بحاجة للعودة إلى التمرينات. أتمنى أن أستطيع العودة لسابق لياقتي خلال مباراتي الأولى بغض النظر عن موعدها".

وأردف بيل "قدم هاري أداء رائعا جدا منذ ظهوره، وأحرز الكثير من الأهداف، اللعب إلى جواره وإلى جوار سون شيء مثير للحماس بالنسبة لنا جميعا، وإذا نجحنا جميعا في الدفع في نفس الاتجاه فسيكون موسما مثيرا".

المصدر : رويترز

Nice-PSG (0-3) - Paris enchaîne, séduit et lance sa saison

 Emmené par un Kylian Mbappé très remuant pour son retour à la compétition, le PSG a disposé de Nice et a enchaîné un second succès de rang en Ligue 1.

Enchaîner pour (enfin) lancer sa saison. Tel était le mot d'ordre dans les rangs du Paris Saint-Germain, ce dimanche, à l'Allianz Riviera. Opposé à l'OGC Nice, le Champion de France, vainqueur face à Metz mercredi (1-0), se présentait toutefois avec une équipe décimée par les absences. Neymar, Leandro Paredes, Abdou Diallo et Layvin Kurzawa sont tous suspendus, tandis que Thilo Kehrer et Juan Bernat sont quant à eux blessés. Heureusement, Kylian Mbappé effectuait son grand retour.

Kylian Mbappé, un retour plus que remarqué

Justement, la présence du natif de Bondy a tout changé pour les Parisiens. Testé positif à la Covid-19 lors du dernier rassemblement de l'Équipe de France, Kylian Mbappé, initialement positionné en attaque aux côtés de Mauro Icardi dans un 4-4-2 jusqu'à la sortie sur blessure d'Idrissa Gueye, a en effet fait vivre un calvaire à l'arrière garde des Aiglons. Très en jambes, il a fait parler sa technique et sa vitesse à de nombreuses reprises en première période, gênant un Youcef Atal peu inspiré.

D'abord stoppé par Dante à la 12e minute de jeu, Kylian Mbappé a été récompensé en ouvrant le score sur un pénalty qu'il avait lui-même provoqué (38e). Avant cela, l'OGC Nice s'était montré dangereux à deux reprises, mais les tentatives de Morgan Schneiderlin (19e) et Rony Lopes (34e) n'inquiétaient pas Keylor Navas. Juste avant la pause, Kylian Mbappé, encore lui, allait défier la défense niçoise et poussait Walter Benitez à la faute de main... Le ballon mal repoussé par le portier adverse revenait sur Angel Di Maria, qui doublait la mise (45e). Dominateur et sublimé par son attaquant, c'est en toute logique que Paris rentrait aux vestiaires avec l'avantage au score.

Nice se procure des occasions, le PSG plus efficace

En seconde période, Nice faisait passer deux gros frissons dans la défense parisienne. D'abord, sur un centre en retrait d'Hassane Kamara qui ne trouvait pas preneur (47e). Ensuite, sur une belle frappe signée Youcef Atal que Keylor Navas détournait d'une belle claquette (53e). Si Nice a donc échoué dans des tentatives de réduction du score, le PSG ne se faisait pas prier pour corser l'addition. Nouveau capitaine du club, c'est Marquinhos qui se chargeait s'inscrire le troisième but de son équipe (66e).

Tombé sur un adversaire plus efficace, le Nice de Patrick Vieira enchaîne donc un second revers, après avoir gagné par deux fois en début de saison. De son côté, Paris, porté par le retour de son attaquant vedette, signe un second succès de rang après s'être incliné lors de ses deux premières sorties. Dynamiques inversées. 

Par goal.com


ميكا يقيم حفلا لصالح ضحايا انفجار مرفأ بيروت بمشاركة سلمى حايك.. فيديو

 يقيم مغني البوب لبناني المولد ميكا، حفلا موسيقيا في بث مباشر على الإنترنت اليوم السبت GMT+1 21h لجمع أموال لصالح ضحايا انفجار مرفأ بيروت في الرابع من أغسطس الماضي.

وتشارك في الحفل الممثلة المكسيكية سلمى حايك والمغنية الأسترالية كايلي مينوغ.

وقال ميكا: "هناك الكثير من الغضب، الكثير من الحزن"، وأضاف "لذلك اعتقد أن من المهم استثارة التعاطف وإبداء الجانب الإنساني للأشياء واستخدام الموسيقى... والتركيز فقط على هذا الجانب الإنساني لبرهة بدلا من السياسة فحسب وهو... ما يحدث معظم الوقت".

وتخصص إيرادات الحفل، الذي يبث على قناة ميكا على يوتيوب باستخدام رابط خاص في الساعة 19:00 بتوقيت غرينتش، لهيئة إنقاذ الطفولة وجمعية الصليب الأحمر اللبناني لدعم عملهم الميداني في بيروت. وتباع التذكرة مقابل 12.95 دولار.

وقال ميكا إنه سيجري تصوير الراقصين في أماكنهم المحلية بدلا من تصويرهم في أماكن مغلقة مما يوفر المزيد من التنوع وسيعرض الحفل أناسا باغتهم الانفجار، من بينهم عائلة جورج الذي ولد في مستشفى تحمل الموجة الانفجارية كاملة لكنه نجا وأطلق عليه لقب الطفل "المعجزة".

وقُتل نحو 190 شخصا وأصيب ستة آلاف في الانفجار الضخم الذي حول مناطق في العاصمة اللبنانية إلى حطام وأدى لتفاقم أزمة اقتصادية وسياسية يعاني منها البلد.

 ميادين الحرية + رويترز